Nouvelles sportives

les Lions de l’Atlas veulent rugir contre l’Espagne

[ad_1]

Le Maroc dispute mardi les huitièmes de finale d’une Coupe du monde pour la première fois depuis 1986 face à l’Espagne (16 heures, heure de Paris). Les Lions de l’Atlas, séduisants en phase de poules dans un groupe solide, ont à coeur de créer l’exploit face à La Roja et disposent d’arguments solides pour affronter le fameux « tiki-taka » espagnol. Explications.

  • Une défense solide et une attaque virevoltante

La tâche semblait ardue pour le Maroc à l’approche des matches du groupe F, l’un des plus difficiles du Mondial-2022. Parmi leurs trois adversaires, les Lions de l’Atlas devaient affronter la Croatie (0-0) – l’un des finalistes du Mondial-2018 – et la Belgique (victoire 0-2) – troisième de la Coupe du monde en Russie.

Le Maroc a répondu à la fois offensivement et défensivement : quatre buts marqués et un seul encaissé – contre le Canada (victoire 2-1) – ce qui en fait la meilleure défense du tournoi pour le moment, à égalité avec la Croatie et le Brésil. C’est donc en toute logique que la sélection marocaine a terminé en tête de son groupe, poussant la Belgique vers la sortie.

« Réaliser quelque chose de grand avec son pays, c’est mieux qu’avec son club. Quand j’étais jeune, j’ai vu la dernière génération qui avait disputé la Coupe du monde, et je rêvais de devenir comme eux. Nous méritons d’écrire cette page d’histoire, Achraf Hakimi a glissé en conférence de presse jeudi, après le match contre le Canada.

Achraf Hakimi, comme le défenseur central Romain Saïss, est l’un des grands artisans de la solidité défensive marocaine. Interventions correctes, pas de carton, pas de but encaissé sur coup de pied arrêté… Ajoutez à cela l’apport offensif décisif du latéral droit du PSG : Achraf Hakimi a notamment délivré une passe décisive à Youssef En-Nesyri contre le Canada.

Sur le front offensif, le Maroc est également bien fourni : Youssef En-Nesyri a montré qu’il pouvait être décisif devant le Canada, et l’ailier Hakim Ziyech, qui évolue en Premier League avec Chelsea, est un danger permanent pour les défenses adverses. deux buts et une passe décisive jusqu’à présent dans cette Coupe du monde. A cela s’ajoutent les flashs dont Sofiane Boufal est capable par intermittence, et voilà une ligne offensive capable de porter le danger de toute part sur le but espagnol.

  • Sofyan Amrabat, la pièce maîtresse du milieu de terrain marocain

Le milieu de terrain de la Fiorentina est l’homme à tout faire du milieu de terrain marocain depuis le début de la Coupe du monde 2022.

Au Club de Bruges, son ancien entraîneur Ivan Leko l’appelait « mon ‘gangster’ sur le terrain, dans le bon sens ». « Je comprends pourquoi il a dit ça », a réagi Sofyan Amrabat. « Parfois, il faut être dur sur le terrain et j’essaie d’être ce joueur, je suis quelqu’un qui n’a peur de personne. »

« Sofyan Amrabat a des qualités exceptionnelles, c’est un moteur physique », a résumé un autre de ses anciens entraîneurs, Cesare Prandelli, à « Viola ». « Sofyan est en train de franchir un cap », a déclaré l’entraîneur marocain Walid Regragui. « C’est notre premier relanceur et notre premier défenseur devant » les quatre arrières.

Sofyan Amrabat n’avait disputé qu’une partie du match en 2018, remplaçant son grand frère Nordin Amrabat face à l’Iran – les Lions de l’Atlas s’étaient alors inclinés d’un but contre leur camp à la dernière seconde (1-0). Depuis, le joueur s’est rendu indispensable. « Notre force, c’est d’être une vraie équipe, tout le monde court, tout le monde se bat », explique le milieu de terrain.

Tactiquement, « on joue un peu plus bas, plus compact qu’avant », note Sofyan Amrabat, qui remplit à merveille ses tâches de receveur au service du groupe, conscient qu' »on a des joueurs qui peuvent marquer », ajoute-t-il.

A 26 ans, Sofyan Amrabat est un rouage essentiel chez les Lions de l’Atlas : impérial devant la défense, il sert aussi de rampe de lancement aux attaquants du Maroc. Nul doute qu’il sera surveillé de près par la sélection espagnole compte tenu de son rôle de tour de contrôle dans l’entrejeu.

  • Le tiki-taka espagnol et la stratégie de Walid Regragui pour le contrer

Mais malgré plusieurs arguments sportifs à faire valoir, le Maroc devra surtout, mardi, déjouer les plans espagnols. Comme à son habitude, La Roja utilisera le tiki-taka – un style de jeu consistant à déplacer le ballon rapidement avec des passes précises, idéalement avec une touche de balle.

Walid Regragui, interrogé lundi en conférence de presse avant le match, s’attend à une « rencontre très difficile » pour le Maroc. « On connaît l’école de football espagnole (…). Cette équipe joue de la même manière depuis 15-20 ans, avec une possession élevée, toujours avec des joueurs talentueux au milieu de terrain », a-t-il déclaré. -il explique. « Ils veulent le ballon, ils ne le laissent pas à l’adversaire et leur comportement ne change jamais sur un terrain. »

Mais l’entraîneur marocain ne s’inquiète pas de la possession que pourrait avoir la Roja : « Ils ont 70% de possession du ballon en moyenne (…). La possession, ils l’auront, il faut qu’on l’accepte. » Rappelant que les Lions de l’Atlas ont laissé le ballon à la Croatie et à la Belgique – avec succès puisqu’ils ont respectivement fait match nul et gagné -, il estime que le Maroc a aussi « des qualités pour causer des problèmes » à l’Espagne.

« J’espère que l’Espagne ne saura pas quoi faire du ballon », a glissé Walid Regragui, qui espère rendre stérile le jeu de possession de son adversaire mardi. « On a des choses à montrer, on s’est bien préparé, on a encore une journée de reprise… On espère créer la surprise car, pour être honnête, si on élimine l’Espagne, ce sera une belle surprise. », a également a expliqué le sélectionneur Trente-six ans plus tard, le Maroc a l’occasion de marquer l’histoire, en se hissant pour la première fois en quart de finale d’une Coupe du monde.

Avec l’AFP

La Coupe du monde au Qatar au-delà du football :

[ad_2]
France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page