Skip to content
les maires tirent la sonnette d’alarme


« Il y a des communes qui ont parfois des factures énergétiques qui augmentent, pas de 20 ou 30%, on peut aller jusqu’à multiplier par huit », a déclaré le président de l’AMF David Lisnard.

L’Association des maires de France (AMF) a déclaré « très concernéJeudi par la capacité des maires à assumer leurs missions de service public en raison de l’inflation et des incertitudes sur l’avenir des finances locales.

« Fermer les piscines, c’était impensable avant», a souligné David Lisnard, président de l’AMF et maire LR de Cannes à l’occasion du colloque de rentrée de l’association. Salutation d’un dialogue « beaucoup mieuxavec le nouveau gouvernement, il a toutefois regretté «nouvelles injonctions contradictoiresfaite aux maires. « Nous tirons la sonnette d’alarme. Il y a des communes qui ont parfois des factures d’énergie qui augmentent, pas de 20 ou 30%, on peut aller jusqu’à multiplier par huit, c’est le record qu’on a enregistré avec des services qui ferment« , a-t-il déclaré.

« Le ton (du gouvernement, NDLR) a évolué et on s’en réjouit, mais le projet de loi de finances ne va pas dans le sens d’une amélioration des relations», a critiqué pour sa part André Laignel (PS), premier vice-président adjoint. « L’annonce de la suppression de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) est une erreur. L’état donne des cadeaux avec l’argent des autres« , il ajouta.

Demande d’un nouvel acte de décentralisation

A propos des 30 000 communes »protégépar la flambée des prix de l’énergie grâce à la mise en place d’un tarif réglementé, André Laignel a demandé l’extension du dispositif »à toutes les communes, car l’essentiel de la crise énergétique est porté par les 5000 communes les plus peuplées qui portent les équipements publics« .

Les élus ont également réagi aux propos du ministre de l’Economie Bruno Le Maire, qui a suggéré mercredi de conditionner le soutien de l’Etat à la rigueur de la gestion budgétaire des collectivités. « De toute façon, toutes les communes ont des budgets équilibrés, c’est une obligation légale, contrairement à l’Etat qui emprunte pour son fonctionnement», a relevé David Lisnard, plaidant lui aussi pour un nouvel acte de décentralisation. « Le sanitaire, le social doit être décentralisé, les hôpitaux auraient vocation à être régionaux ou départementaux. Nous ne demandons pas de faire la loi mais de l’appliquer et de la réglementer, afin qu’il y ait un transfert des pouvoirs réglementaires d’application des lois aux autorités locales« , a-t-il précisé.

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.