L'Europe

Les prix montent en flèche alors que la pénurie de carburant en Sierra Leone continue de mordre

[ad_1]

Alors que la pénurie de carburant en Sierra Leone continue de se faire sentir, les chauffeurs de taxi de la capitale, Freetown, se tournent de plus en plus vers le marché noir pour leur approvisionnement en essence.

Le gouvernement a fixé le prix officiel du carburant à 21 000 leones le litre en mars, soit près du double de celui de l’année dernière, mais les longues files d’attente dans les stations-service empêchent souvent les conducteurs d’en acheter.

« Si je viens à la station-service et qu’il n’y a pas de carburant, j’irai au marché noir, le Jebu, où les gens en vendent en bouteilles. Au marché noir, ils le vendent 30 000 leones le litre », raconte Modiboh Jebbo, chauffeur de moto-taxi.

Sa colère d’avoir à acheter au marché noir est reprise par d’autres chauffeurs comme Alhaji Mohammed Kamara qui dit que l’essence pour une journée de travail lui coûtera 105 000 leones, ajoutant qu’il y a aussi d’autres coûts.

« Je dois payer 80 000 à mon patron (pour louer le vélo). Je dois aussi le manger et l’entretenir, changer l’huile, donc je dois faire toutes ces choses. Donc, si nous avons cette crise du carburant, cela nous affecte », dit-il.

Et ce ne sont pas seulement les automobilistes et l’économie qui en pâtissent. Kamara dit que le coût du carburant est si élevé qu’il doit augmenter le prix pour ses passagers.

Alors que les chauffeurs de taxi se tournent de plus en plus vers le marché noir et ses prix exorbitants, les gens luttent pour survivre et on craint de nouveaux troubles sociaux.

En août, au moins 25 personnes sont mortes dans la capitale Freetown lorsque les manifestations contre les prix du carburant et des denrées alimentaires sont devenues violentes.

[ad_2]

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page