Skip to content
Les Québécois plus résilients à l’inflation


Les Québécois demeurent les plus résilients au pays face à l’inflation, révèle un nouveau sondage d’Angus Reid montrant que les Québécois sont moins préoccupés par la réduction de leurs dépenses que ceux des autres provinces.

• Lisez aussi : Pénurie de main-d’oeuvre : près de 11 milliards de dollars de pertes pour les PME québécoises

• Lisez aussi : Les salaires augmentent encore plus vite que l’inflation au Québec

Ainsi, 42 % des Québécois ont déclaré avoir réduit leurs dépenses non essentielles au cours des derniers mois, un taux bien inférieur à la moyenne nationale de 57 %.

En fait, le Québec est à la traîne de la moyenne canadienne, les autres provinces affichant des taux de citoyens réduisant les dépenses non essentielles allant de 58 % en Colombie-Britannique à 70 % en Saskatchewan.

À l’inverse, 30 % des Québécois interrogés ont même déclaré n’avoir pris aucune mesure pour réduire leurs dépenses au cours des derniers mois, que ce soit en reportant un voyage, en réduisant leurs dépenses non essentielles, en conduisant moins, en réduisant leurs dons aux organismes de bienfaisance ou en retardant un achat important. En comparaison, seulement 17 % des Ontariens ont déclaré n’avoir pris aucune mesure.

Plus largement, 55 % des Québécois assurent être en mesure de faire face au coût de la vie, contre 41 % qui ne peuvent pas suivre. Le Québec est la seule province où plus de la moitié de la population se dit capable de faire face à l’inflation, les provinces de l’Atlantique et le Manitoba ex aequo au deuxième rang avec 38 % des répondants capables de gérer l’inflation. hausse du coût de la vie.

Optimisme

En plus d’ignorer l’inflation plus qu’ailleurs au pays, les Québécois sont aussi plus confiants que leurs compatriotes.

En particulier, seulement 29 % des habitants de la Belle Province craignent qu’eux-mêmes ou un proche perde leur emploi en raison des turbulences économiques, comparativement à 36 % des Canadiens.

Seulement 28 % des Québécois considèrent également que leur dette est trop lourde à porter, un fardeau qui pèse sur 39 % des Canadiens.

Les réponses au sondage ont été recueillies en ligne auprès de 2 279 adultes canadiens, du 8 au 10 août.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.