Skip to content
les révélations inquiétantes de Libération sur Nasser al-Khelaïfi, président du PSG


Nasser al-Khelaïfi, le président du Paris SG est dans la tourmente. Sortie, ce jeudi 29 septembre, met en lumière les « méthodes sulfureuses » du Qatar.

« Chantage, abus et clés USB, le patron du PSG au cœur d’un scandale », titre nos collègues de Relâchez dans Un, ce jeudi 29 septembre 2022. Le quotidien publie une vaste enquête sur les méthodes qataris au service de Nasser al-Khelaïfi impliquant des menaces de mort, des documents confidentiels et des cas de torture. Si le club parisien ne serait pas directement impliqué, c’est l’ensemble « nébuleuse tournant autour du PSG » qui est déchiré dans cette enquête.

Dans son enquête de trois pages, Sortie explique qu’un entrepreneur franco-algérien « Tayeb B. » Âgé de 41 ans, a été arrêté à Doha début 2020. Emprisonné au Qatar pendant neuf mois, l’homme aurait détenu plusieurs documents confidentiels sur la vie privée et professionnelle du président du PSG ainsi que de son entourage qatari, dont preuve supplémentaire de la prétendue corruption du Qatar pour l’attribution de la prochaine Coupe du monde (20 novembre – 18 décembre).

Selon « une source proche de ces enquêtes qualifiée d’ultra-sensible » contacté par Sortiela victime Tayeb B. aurait cherché à « se placer, monétiser les documents » afin d’obtenir « considération ou argent ». Le Qatar a néanmoins voulu s’assurer que ces documents confidentiels ne pourraient jamais sortir et ternir ainsi la réputation et le statut de Nasser al-Khelaïfi, proche de l’émir Tamim ben Hamad Al Thani.

Né à Gennevilliers en 1981, « Tayeb B. » est décrit par Sortie comme un « entrepreneur forcené avec un vaste réseau », qui dirigera pas moins d’une quinzaine d’entreprises. Il s’était installé à Doha au Qatar avec sa famille depuis 2019. Le Franco-algérien, qui investit dans le Golfe et en Afrique, affirme avoir rencontré Nasser al-Khelaïfi en 2017 à travers ses activités associatives menées en Ile-de-France en auquel participent le PSG et beIN Sports présidé par « NAK ».

abus et menaces

Pour libérer son mari, l’épouse de Tayeb B. continue de voyager entre le Qatar et l’Algérie, tandis que son mari est transféré à la prison de Salwa Road où il est placé à l’isolement total, dans des conditions inhumaines, selon le long récit de Sortie. Parfois forcé de s’asseoir sur une chaîne sans bouger et sans parler pendant des dizaines d’heures. Sa femme a pour mission de livrer « une valise rouge » au Qatar contenant un grand nombre de documents confidentiels et d’informations numériques avec l’interdiction formelle de contacter la police française.

Sur les conseils de Yamina Benguigui, ancienne ministre déléguée à la Francophonie dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, l’épouse de Tayeb B. rencontre Rachida Dati qui la dirigera vers le cabinet d’Olivier Prado, taille du barreau de Paris et figure médiatique. proche d’Eric Zemmour. Une information confirmée par le Maire du 7e arrondissement de Paris et Maître Prado, tous deux contactés par Sortie.

Des discussions et de longues négociations, selon Libération, ont alors eu lieu avec les avocats de Nasser al-Khelaïfi : Francis Szpiner et son associé Renaud Semerdjian visant à restituer toutes les clés USB au Qatar. Le 15 juin, deux clés ont été remises avant que la dernière ne soit définitivement rendue le 1er juillet, entraînant la libération de Tayeb B.

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.