Skip to content
Les salaires pourraient augmenter de 4,1 % l’an prochain au Québec


Les employeurs québécois prévoient des augmentations salariales de 4,1 % en 2023, selon les prévisions de l’Ordre des conseillers agréés en ressources humaines (CRHA).

• Lisez aussi : « Shopping » pour un emploi mieux rémunéré afin de maintenir votre niveau de vie malgré l’inflation

• Lisez aussi : Cri du cœur de l’hôtellerie face à la pénurie de main-d’œuvre

Ces prévisions sont légèrement supérieures à celles pour l’ensemble du Canada (3,8 %), a indiqué l’Ordre, ajoutant que la hausse moyenne prévue au Québec « est la plus élevée enregistrée depuis au moins 2008 ».

Ces prévisions sont également en ligne avec les augmentations salariales effectivement accordées en 2022. En effet, selon les derniers sondages éclair des firmes-conseils ayant participé à l’enquête CRHA, l’augmentation moyenne des budgets au Québec en 2022 a varié entre 3,7 et 4,5 %.

« Les organisations jonglent avec une pénurie de main-d’œuvre importante et généralisée, qui continue de faire grimper les salaires. L’inflation importante des derniers mois a aussi eu un impact sur les revendications salariales des travailleurs », a expliqué mercredi Manon Poirier, directrice générale de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, dans un communiqué.

Plus de 3% pour tous les secteurs d’activité

Le secteur des technologies de l’information et des communications arrive en tête des augmentations salariales prévues en 2023 (+4,9 %), suivi de près par les services professionnels, scientifiques et techniques (+4,5 %) ainsi que par le secteur manufacturier (+4,3 %). À l’inverse, des hausses plus modestes sont prévues dans les administrations publiques (+3,1 %), les services publics (+3,6 %) et les arts, spectacles et loisirs (+3,6 %).

Les prévisions salariales pour 2023 ont été élaborées à partir de sondages auprès de six firmes participantes et regroupant les attentes d’environ 940 entreprises au Québec et de 1 900 au Canada.

Consciente que les PME n’ont pas toujours la même capacité de payer que les grandes organisations, Manon Poirier recommande aux personnes sous pression de miser sur « l’agilité et la flexibilité ».

« Ces entreprises peuvent mettre en place des stratégies d’expérience employé agiles qui tiennent compte de leurs réalités. Par exemple, ils peuvent mettre l’accent sur l’équilibre travail-vie personnelle, la reconnaissance et s’assurer de donner du sens au travail de leurs équipes », a-t-elle expliqué.



journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.