Skip to content
Les « small & mid caps » prendront-elles leur revanche en 2022 ?

 | Nouvelles locales

Mises à jour de dernière minute Nouvelles de renard

La bourse emboîte le pas au private equity (le non coté) qui construit des ponts d’or pour la fintech. 247530961 / ipopba – stock.adobe.com

ANALYSE – Abandonnées pendant la crise sanitaire, les petites et moyennes capitalisations ont de nombreux atouts.

L’année 2021 a couronné les qualités des géants de la cote. Les indices ont en effet été propulsés par les « blue chips », ces multinationales qui jouissent d’une excellente réputation, occupent souvent des positions de leader dans leurs secteurs et dont la croissance est régulière et prévisible.

Les petites entreprises, les « small and mid caps » ont été laissées de côté. Le CAC 40 s’est envolé de près de 30% l’an dernier, tiré par les rois du luxe, les Khol (Kering Hermes, L’Oréal et LVMH). Dans le même temps, le CAC Mid & Small, qui regroupe les petites et moyennes capitalisations cotées à la Bourse de Paris, grimpe de moins de 20 %. Cette partie du littoral a vécu la crise de manière particulièrement violente. Dans la tourmente, les investisseurs ont naturellement privilégié les secteurs défensifs et les valeurs de croissance et surtout les plus grosses entreprises au détriment des petites entreprises jugées plus risquées et moins liquides en bourse.

Résultats…

Cet article est réservé aux abonnés du Figaro Bourse. Il vous reste 79% à découvrir.

Le meilleur des conseils boursiers : 1€ seulement

annulable à tout moment

Déjà abonné au Figaro Bourse ? Connexion


Nouvelles d’aujourd’hui abc Nouvelles

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.