Skip to content
Les stades de football fermés aux non vaccinés en Italie – RT en anglais

A partir du 6 décembre, les stades de football en Italie seront fermés aux personnes non vaccinées contre le Covid-19. Une mesure qui s’inscrit dans le cadre du durcissement des restrictions sanitaires décidé par le gouvernement italien le 24 novembre.

Parmi les mesures sanitaires que le gouvernement de Mario Draghi a voulu durcir le 24 novembre figure notamment l’impossibilité pour les personnes non vaccinées d’accéder aux stades de football, comme le rapporte La République 24 novembre. Une mesure non sans conséquences quand on connaît l’importante culture de calcio en Italie.

Un test négatif ne suffira plus pour tifosi souhaitant assister à un match, que ce soit en extérieur ou en salle, dans des arènes ou des installations sportives. La mesure sera en vigueur du 6 décembre 2021 au 15 janvier 2022. Les jauges resteront à leur capacité actuelle, même si les régions passent dans les zones jaunes ou oranges, selon le code couleur en vigueur en Italie indexé sur le circulation du Covid-19.

Le fameux « super pass vert », réservé uniquement aux personnes vaccinées et à celles guéries depuis moins de six mois du Covid-19, sera également nécessaire pour l’accès aux gymnases et piscines couvertes et pour tous les sports indoor. Il sera obligatoire pour l’accès aux douches et vestiaires des installations sportives, à l’exception des accompagnateurs de personnes dépendantes, qu’il s’agisse de personnes handicapées ou de jeunes enfants. Le pass santé sera également obligatoire pour l’accès aux clubs et sports de base. Pour ceux qui ne sont pas vaccinés, il n’y a que la possibilité de pratiquer des sports de plein air.

Matteo Salvini de plus en plus isolé au sein de la Ligue ?

La Ligue de Matteo Salvini, généralement prompte à exprimer des désaccords sur la politique sanitaire du gouvernement dont elle fait partie, est quant à elle embourbée dans la dissidence interne et n’a pas encore réagi d’une seule voix aux mesures nouvellement annoncées. Selon Il Fatto Quotidiano, le fait d’avoir soutenu toutes les mesures sanitaires au Parlement, la première laissez-passer vert tout comme les diverses restrictions, auraient affaibli il capitaine au sein de sa constitution. En juillet pourtant, il avait qualifié de « conneries » les distinctions entre vaccinés et non vaccinés à travers le pass sanitaire, puis entériné les choix du gouvernement sur ce point, dont le tout nouveau « super pass vert ».

Mario Draghi lui-même avait également évoqué d’éventuelles divergences au sein de sa majorité lors de sa conférence de presse du 24 novembre. « Ce qui semblait être des divergences de positions devant le Conseil des ministres ont ensuite disparu », a répondu Mario Draghi à une question sur ces divergences.

L’unité du gouvernement « dans ses déterminations est importante [aussi] pour remédier à cette situation de conflit entre ceux qui vaccinent et ceux qui ne vaccinent pas », a affirmé le président du Conseil italien. Il ne devrait pas y avoir de « positions de désinvestissement ou divergentes comme nous l’avons vu tant de fois dans l’histoire italienne face à des phénomènes d’une grande importance sociale », a-t-il poursuivi.



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.