Skip to content
Les syndicats d’agriculteurs s’en remettent au problème du Msp ;  Mahapanchayat à Lucknow le lundi


Ne montrant aucun signe de relâchement, les syndicats d’agriculteurs ont annoncé qu’ils s’en tenaient à leurs manifestations prévues avec un mahapanchayat à Lucknow lundi pour faire pression en faveur d’une loi garantissant la MSP alors même que le Centre se préparait à présenter des projets de loi au Parlement pour répondre à leur demande d’abrogation de ses trois lois agricoles. . Le cabinet de l’Union devrait examiner mercredi pour approbation les projets de loi visant à abroger les trois lois agricoles afin qu’elles soient présentées lors de la prochaine session d’hiver, ont indiqué dimanche des sources gouvernementales.

Le fer de lance de l’agitation, Samyukta Kisan Morcha (SKM), a déclaré qu’il poursuivrait les manifestations prévues, y compris la marche vers le Parlement le 29 novembre pour observer un an de manifestations contre la loi agricole. L’organisme faîtier des syndicats agricoles d’agitation a pris la décision lors de sa première réunion après que le Premier ministre Narendra Modi, dans son discours à la nation vendredi, a annoncé que les trois lois agricoles seront abrogées.

 »Nous avons discuté de l’abrogation des lois agricoles. Les programmes préétablis de SKM se poursuivront. Le panchayat de Kisan se tiendra à Lucknow le 22 novembre, des rassemblements à toutes les frontières le 26 novembre et une marche vers le Parlement le 29 novembre », a déclaré le chef des agriculteurs Balbir Singh Rajewal lors d’une conférence de presse à la frontière Singhu de Delhi, l’un des Le SKM tiendra à nouveau une réunion le 27 novembre pour décider de la future ligne de conduite à suivre, a indiqué l’amalgame, ajoutant qu’il écrira également une lettre ouverte au Premier ministre Modi sur ses demandes.

Cherchant à retirer les trois lois, des agriculteurs agités du Pendjab, de l’Haryana et de l’Uttar Pradesh sont assis sur trois sites aux frontières de Delhi depuis novembre de l’année dernière et ont déclaré qu’ils resteraient sur place jusqu’à ce que toutes leurs demandes soient satisfaites. Les partis d’opposition ont blâmé le gouvernement pour la situation, le chef du Congrès, Rahul Gandhi, déclarant que « les personnes qui ont subi une fausse rhétorique ne sont pas prêtes à croire » les propos du Premier ministre.

Le Parti Samajwadi a également remis en question l’intention du Centre. « Il est absolument clair que leur cœur n’est pas pur, et après les élections, les factures seront à nouveau présentées…

 »C’est la vérité de ceux qui présentent de fausses excuses aux agriculteurs. Les agriculteurs apporteront un changement en 2022 », a déclaré le SP dans un tweet. Le vétéran du Congrès Digvijaya Singh a parlé dans la même veine.

« Qui assumera la responsabilité des 700 décès survenus lors de la manifestation des agriculteurs ? Et les gens ne croient pas à cette annonce. Plusieurs dirigeants du BJP prétendent que les lois agricoles seront rétablies après avoir été abrogées », a-t-il déclaré. Le député de Shiv Sena, Sanjay Raut, a exigé que les parents des personnes tuées lors de l’agitation des farers reçoivent une aide financière du Fonds PM CARES.

« Le gouvernement a maintenant réalisé son erreur et a retiré les lois agricoles. Il y a une demande de différentes parties du pays que les parents des agriculteurs qui ont perdu la vie soient financièrement indemnisés », a déclaré Raut. Les partis d’opposition ont également appuyé les agriculteurs agités sur la question du prix de soutien minimum.

Le leader syndical de Bhartiya Kisan, Rakesh Tikait, a exhorté la population à rejoindre le « MSP Adhikar Kisan Mahapanchaya » à Lucknow, considéré comme une démonstration de force par les syndicats. Dans un tweet en hindi, il a déclaré : « Chalo Lucknow Chalo Lucknow (allons à Lucknow) pour le MSP Adhikar Kisan Mahapanchayat. Les réformes agricoles dont on parle sont fausses et cosmétiques.

« Les réformes agricoles ne vont pas arrêter le sort des agriculteurs. La plus grande réforme pour les agriculteurs et l’agriculture sera de faire une loi concernant le MSP. » Les dirigeants agriculteurs demandent également la destitution du ministre d’État de l’Union pour l’intérieur, Ajay Mishra, dont le fils a été arrêté en lien avec la mort de quatre agriculteurs protestataires lors d’un incident à Lakhimpur Kheri dans l’UP en octobre. « Le Premier ministre a annoncé l’abrogation des trois lois agricoles, mais il n’a pas précisé quand la loi MSP sera adoptée. continuer », a déclaré à PTI le vice-président de l’unité Uttar Pradesh de BKU Harnam Singh Verma.

Le Kisan Mahapanchayat dans la capitale de l’Uttar Pradesh prend de l’importance puisque l’État dépendant de l’agriculture se rendra aux urnes au début de l’année prochaine. Le commissaire de police de Lucknow, DK Thakur, a déclaré que des mesures de sécurité élaborées avaient été prises pour l’événement qui se tiendra à Eco Garden.

Pendant ce temps, des rapports provenant de divers districts indiquent que des groupes d’agriculteurs se rendaient à Lucknow pour assister au mahapanchayat. Sukhvinder Singh, le père de Gurvinder Singh qui faisait partie des quatre agriculteurs tués dans l’incident de Lakhimpur Kheri, a déclaré qu’il serait présent au mahapanchayat avec d’autres agriculteurs.

Le président de Rashtriya Kisan Manch Shekhar Dixit, qui avec ses partisans participera au mahapanchayat, a déclaré que le sacrifice de centaines d’agriculteurs ne serait pas vain. « Jusqu’à ce que toutes les demandes des agriculteurs protestataires soient satisfaites, l’agitation continuera. L’annonce par le Premier ministre d’abroger les lois agricoles est due aux prochaines élections dans les cinq États, où le BJP voit que les rênes du pouvoir sont « Si l’annonce d’abroger les lois avait été faite l’année dernière, alors de nombreuses vies d’agriculteurs auraient pu être sauvées », a déclaré Dixit.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.