Skip to content
Les talibans célèbrent le 1er anniversaire de la fin de la guerre avec les États-Unis


Le 30 août 2021, le dernier soldat américain s’est envolé de l’aéroport de Kaboul 24 heures avant la date limite fixée par le président américain Joe Biden pour le retrait des troupes du pays.

Les talibans célèbrent mercredi 31 août le premier anniversaire du retrait d’Afghanistan de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, après vingt ans de guerre qui s’est soldée par la reprise du pouvoir par les intégristes islamistes et l’aggravation de la crise. humanitaire. Les autorités talibanes ont déclaré mercredi jour férié national pour célébrer la fin de la guerre. Des guirlandes de lumières vertes, bleues ou même rouges ont illuminé mardi soir les avenues de la capitale, même si le gouvernement n’a pas encore annoncé de célébration officielle à Kaboul.

Le 30 août 2021, une minute avant minuit, le dernier soldat américain s’est envolé de l’aéroport de Kaboul 24 heures avant la date limite fixée par le président américain Joe Biden pour le retrait des troupes du pays. « Nous sommes heureux qu’Allah se soit débarrassé des infidèles de notre pays, et que l’Emirat Islamique (les talibans) a été établi »Zalmai, pharmacien à Kaboul, a déclaré à l’AFP. « Cela a prouvé une fois de plus que ces infidèles ne peuvent pas s’unir contre les musulmans »ajoute le commerçant.

Le retrait des troupes il y a un an a mis fin à la plus longue intervention militaire des États-Unis, commencée en réponse aux attentats du 11 septembre 2001. Il a coûté la vie à plus de 2 400 soldats américains, selon l’armée américaine. « Le poids de la guerre en Afghanistan a dépassé les frontières américaines », a déclaré mardi l’armée américaine dans un communiqué, ajoutant que plus de 3 500 soldats d’autres pays de l’OTAN avaient également été tués. D’innombrables Afghans ont également « ont risqué leur vie et celle de leurs familles pour servir à nos côtés », elle a ajouté. Des dizaines de milliers d’Afghans ont été tués pendant la guerre.

« Seuls les Afghans ont la fierté d’avoir vaincu trois empires en un siècle », « Protéger la liberté est obligatoire »: pouvait-on lire mardi sur des banderoles accrochées à Kaboul où flottaient des drapeaux blancs des talibans portant la déclaration de foi islamique.

L’une des pires crises humanitaires au monde

Deux semaines avant le retrait des troupes, les talibans ont pris le pouvoir lors d’une offensive éclair à l’échelle nationale contre les anciennes forces gouvernementales. L’assaut avait conduit au chaos. Une foule de personnes s’était précipitée à l’aéroport de la capitale afghane pour être évacuée hors du pays par n’importe quel vol. Des images d’habitants prenant d’assaut l’aéroport et grimpant sur des avions stationnés sur le tarmac, ou essayant de s’accrocher à un avion cargo militaire américain au décollage ont été vues dans le monde entier.

Depuis lors, les 38 millions d’Afghans sont confrontés à l’une des pires crises humanitaires au monde, selon les Nations unies. La situation n’a fait qu’empirer après que des milliards de dollars de versements d’aide étrangère qui avaient soutenu l’économie afghane pendant des décennies ont été soudainement interrompus avec le retrait des troupes américaines.

Les difficultés des Afghans, en particulier des femmes afghanes, se sont accrues. Très vite et malgré leur promesse initiale, les nouveaux maîtres du pays sont largement revenus à l’interprétation ultra-rigide de l’islam qui avait caractérisé leur première arrivée au pouvoir entre 1996 et 2001, restreignant sévèrement les droits des femmes. Les écoles secondaires pour filles ont été fermées dans de nombreuses provinces et les femmes ont été exclues de nombreux emplois publics. Ils ont également reçu l’ordre de se couvrir entièrement en public, idéalement avec une burqa complète. « J’avais l’habitude de travailler et maintenant je suis assis à la maison sans travail. Notre avenir est en danger à cause du manque d’éducation et d’emplois »a déclaré Oranoos Omerzai, un habitant de Kandahar, berceau historique et centre du pouvoir taliban.

Mais pour le porte-parole du gouvernement Zabihullah Mujahid, la situation générale s’est améliorée sous leur règne. « Les Afghans ne sont plus tués à la guerre, les forces étrangères se sont retirées et la sécurité s’est améliorée »Mujahid a déclaré aux journalistes il y a une semaine.

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.