Skip to content
Les Ukrainiens accueillis au Canada viennent de… Chine


Chine, Mexique, Émirats arabes unis… le gouvernement Trudeau a accordé des milliers de visas à des ressortissants ukrainiens vivant très loin du conflit avec la Russie, a découvert notre Bureau d’enquête.

• Lisez aussi : Des millions d’Ukrainiens toujours sans électricité après les frappes russes

• Lisez aussi : Aucune frappe russe sur Kyiv, selon la Russie

• Lisez aussi : Ukraine : Moscou a distribué 80 000 passeports russes depuis les « annexions »

Selon notre examen, près de 15 000 visas de travail ou d’études de trois ans ont été accordés à des personnes qui ne résidaient même pas en Europe au moment de la demande.

« La façon dont le programme fédéral est écrit, c’est sûr qu’il a permis à des gens qui n’avaient pas fui les bombes en février 2022 [de venir au Canada] » La juge Adèle Garnier, professeure agrégée au département de géographie de l’Université Laval.

La variété des pays où résidaient les candidats est impressionnante. Plus de 2 200 candidatures ont été soumises depuis Israël et plus de 1 300 depuis la Chine. Quelque 175 pays ou territoires sont représentés. Aucun continent – ​​hormis l’Antarctique – n’est épargné.

Les Ukrainiens accueillis au Canada viennent de… Chine

Règles très souples

Pour être admissible à l’Autorisation de voyage d’urgence Canada-Ukraine (AVUCU), vous n’avez pas besoin d’avoir fui la guerre. Si vous détenez une preuve de citoyenneté ukrainienne (ou êtes le conjoint ou l’enfant), vous êtes admissible.

« L’Ukraine est un pays où règne depuis très longtemps un climat d’insécurité », nuance Mmoi Garnier, qui considère que les nouveaux arrivants avaient probablement une raison légitime de s’installer au Canada.

C’est le cas de Kostyantyn Dudnyk, arrivé au Canada en juin en provenance de Thaïlande. L’homme de 40 ans, originaire de Crimée, s’est retrouvé en Asie en 2019. Alors qu’il envisageait de retourner en Ukraine, la guerre a éclaté, lui laissant peu d’options.

Bien qu’il n’ait jamais envisagé de venir au Canada, il a été surpris d’apprendre qu’il était admissible au programme AVUCU.

« Le gouvernement canadien a fait plus pour moi en cinq mois que le gouvernement ukrainien dans toute ma vie », se réjouit celui qui étudie le français et travaille dans un restaurant.

Beaucoup de gens

Au 15 novembre, 420 000 visas ont été accordés, un nombre en constante augmentation. De ce nombre, environ 115 000 personnes ont en effet mis les pieds au Canada.

Notez que la plupart des demandes proviennent d’Ukraine ou de pays voisins où il est admis que les Ukrainiens ont fui temporairement en raison de l’invasion russe, comme l’Allemagne et la Pologne.

Par ailleurs, Mmoi Garnier y voit une « forme d’injustice » entre le programme « sans précédent » des Ukrainiens et le sort de ceux qui fuient d’autres guerres.

« Pour les personnes qui n’ont pas accès à ce type de protection, il est très difficile d’être témoin de cette situation », dit-elle.

– Avec Nora T. Lamontagne

Pays non européens où résidaient les candidats

  • Emirats Arabes Unis : 2645
  • Israël: 2238
  • Chine: 1323
  • États-Unis : 1063
  • Jordan: 805
  • Liban: 720
  • Egypte : 487
  • Thaïlande: 397
  • Qatar: 396

Sources : Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada et compilation du Bureau d’enquête

Le Canada est plus flexible que l’Europe

Contrairement au Canada, les pays européens qui ont accueilli le plus de migrants ukrainiens exigent tous que les nouveaux arrivants aient vécu en Ukraine au moment de l’invasion.

Selon les sites Internet des gouvernements de Pologne, d’Allemagne, de Tchéquie, d’Italie et d’Espagne, vivre en Ukraine au début de l’invasion le 24 février est une condition pour obtenir une protection temporaire.

A l’autre bout du monde, l’Australie a mis fin en juillet à son programme humanitaire pour les ressortissants ukrainiens, après avoir offert 40 fois moins de visas que le Canada.

« Le programme canadien est intéressant car il reconnaît la complexité des motifs de fuite [de l’Ukraine] » juge néanmoins l’experte en immigration de l’Université Laval, Adèle Garnier.

215 millions de dollars en fonds publics

Au Québec, les Ukrainiens et leurs proches qui obtiennent l’AVUCU ont droit à plusieurs services offerts par l’État, dont l’assurance maladie et médicaments, la formation générale pour enfants et adultes ainsi que des crédits d’impôt pour la garde d’enfants. ‘enfant.

Le gouvernement fédéral accorde également aux nouveaux arrivants une aide financière ponctuelle de 3 000 $ par adulte et de 1 500 $ par enfant. Ainsi, depuis le début de la guerre, quelque 60 000 adultes et 20 000 enfants ont eu droit à ce coup de pouce financier, pour un total d’environ 215 millions de dollars.

Par courriel, le ministère de l’Immigration du Canada a déclaré que le programme avait été conçu avec cette flexibilité pour « les Ukrainiens qui se trouvaient dans d’autres pays du monde lorsque la guerre a éclaté et se sont retrouvés dans l’impossibilité de rentrer chez eux ».

« Le Canada ne limite pas le nombre de demandes de visa de résident temporaire acceptées [en fonction du] pays », a ajouté Isabelle Dubois, porte-parole d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Le visa d’urgence en bref

  • Pour « venir en aide aux personnes touchées par l’invasion russe de l’Ukraine »
  • Libre
  • Permis de travail et/ou d’études de 3 ans
  • Pour tous les Ukrainiens, leurs conjoints et leurs enfants
  • Des photos et des empreintes digitales sont requises

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.