Skip to content
les voleurs de diesel refusent d’obtempérer et blessent quatre policiers

[ad_1]

Après une course-poursuite de 20 minutes, le conducteur du véhicule a percuté à grande vitesse un barrage de police.

Encore un refus d’obtempérer dans les dernières heures de l’été. Un conducteur d’une trentaine d’années a refusé de se soumettre aux ordres de la police ce dimanche soir, et a blessé quatre policiers à Marseille, a-t-on appris Le Figaro ce mardi 23 août.

A 23h30 dimanche soir, un automobiliste a été aperçu à Vitrolles (Bouches-du-Rhône) par la Brigade anti-criminalité, quittant à vive allure une zone industrielle. La police s’approche de lui et lui ordonne de s’arrêter, mais le chauffeur refuse et accélère en direction de Marseille, provoquant une course-poursuite d’une vingtaine de minutes.

Face au comportement dangereux du conducteur, un barrage a été mis en place par une équipe du service interdépartemental de sécurité des transports publics (SISTC), dans le quartier de La Viste, dans le 15e arrondissement de Marseille. Mais le conducteur, déterminé, percute violemment un véhicule de police pour forcer le passage.

L’intensité du choc a blessé quatre policiers au cou et a stoppé net la voiture du conducteur. L’homme au volant et son passager, âgés de 31 et 36 ans, ont été immédiatement interpellés. La police, en fouillant la voiture des deux individus, a alors découvert près de 1 000 litres de diesel volés et conservés dans un réservoir. Les deux interpellés ont été placés en garde à vue et une enquête a été confiée à la sûreté départementale.

Les refus d’obtempérer n’ont cessé de se multiplier ces derniers mois. Selon un récent rapport obtenu Le Figaro plus d’un cas toutes les trente minutes est enregistré en France.

Les faits se sont déroulés dans le 15e arrondissement de Marseille. Capture d’écran Google Maps

VOIR ÉGALEMENT – Refus d’obtempérer à Vénissieux : « Les deux personnes étaient très mal connues des services de police », assure Gérald Darmanin

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.