actualité économiqueEntreprise

l’Etat et BPI France détiennent plus de 90% des voix

[ad_1]

PASCAL ROSSIGNOL, REUTERS

L’Etat et BPI France ont franchi le seuil de 90% des droits de vote d’EDF, mais seulement 85% du capital. Le feuilleton n’est peut-être pas complètement terminé…

L’État français et BPI France ont franchi à la hausse le seuil de 90 % des droits de vote d’EDF dans le cadre de son offre publique d’achat (OPA). Au 28 novembre, l’Etat et BPI France détenaient ensemble 90,009% des droits de vote d’EDF et 85,12% du capital, selon un communiqué transmis au gendarme de la Bourse de Paris (AMF). L’OPA, ouverte depuis le 24 novembre, dure jusqu’au 22 décembre inclus.

Le feuilleton, cependant, n’est peut-être pas complètement terminé. En effet, suite à l’offre publique d’achat de l’État, deux conditions doivent être réunies pour lancer une offre publique de retrait sur les actions EDF en bourse, c’est-à-dire contraindre les actionnaires minoritaires restants à vendre et retirer l’entreprise de la bourse. Il doit en effet détenir à la fois 90% des droits de vote et 90% du capital. Pourtant, au 1er décembre, l’Etat détenait un peu plus de 85% du capital de l’énergéticien, contre 84% avant le début de l’offre. Pour atteindre ses objectifs, il doit donc encore lever près de 5 %.

Cet article est réservé aux abonnés bourse et investissements. Il vous reste 52% à découvrir.

Le meilleur des conseils boursiers : seulement 0,99 €

annulable à tout moment

Déjà abonné au Figaro Bourse et placements ? Connexion

[ad_2]

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page