Skip to content
L’ex-ministre de la Justice Christiane Taubira rejoint la course à la présidentielle française
 |  Derniers titres de l’actualité

Nouvelles locales Actualités Yahoo

Publié le:

L’ancienne ministre française Christiane Taubira a officiellement lancé samedi sa candidature aux élections présidentielles d’avril lors d’un rassemblement pour l’union de la gauche à Lyon.

« Je m’engage ici devant vous car je partage votre aspiration à un autre gouvernement », a déclaré l’ancienne ministre du président socialiste François Hollande (2012-2017) lors du lancement officiel de sa campagne à Lyon.

Christiane Taubira a fustigé « le pouvoir par le haut et l’absence de dialogue social » sous Macron, promettant de se battre pour des salaires plus élevés, de meilleures conditions pour les élèves et les étudiants, le service de santé et la protection de l’environnement.

La femme de 69 ans, née sur le territoire sud-américain français de la Guyane où elle a été députée, est admirée à gauche après s’être battue pour une loi reconnaissant la traite des esclaves comme un crime contre l’humanité et pour avoir piloté le mariage homosexuel sur les lois en 2013 en tant que ministre de la Justice.

« Nous ferons tout cela ensemble, car c’est ce dont nous sommes capables », a-t-elle déclaré à une foule en liesse brandissant des pancartes indiquant « Avec Taubira ».


Mais elle risque de devenir l’un des six candidats qui se bousculent pour obtenir des votes parmi les quelque 30 % de l’électorat qui penche à gauche.

Ils vont de l’instigateur Jean-Luc Melenchon – le mieux noté dans les sondages compilés par le Journal du Dimanche (JDD) hebdomadaire à près de 10 % — au candidat des Verts Yannick Jadot et à la maire de Paris Anne Hidalgo à 6,5 et 3,5 %.

Un sondage de janvier a attribué à Taubira un soutien d’environ 4,5 %.

À droite, trois challengers – la conservatrice Valérie Pecresse, la leader traditionnelle d’extrême droite Marine Le Pen et le spécialiste de la télévision insurgé Eric Zemmour – ont des chances d’affronter le président sortant Macron au second tour des élections.

Les partisans de Taubira affirment qu’elle a le pouvoir d’attiser « l’ardeur » parmi les gauchistes, qui ont été les plus grands perdants de l’effondrement de la traditionnelle division politique gauche-droite depuis la victoire présidentielle de Macron en 2017.

L’ancien ministre « se veut être l’antidote à la lassitude des électeurs de gauche, qui ne supportent plus la fragmentation », a déclaré Christian Paul, un partisan de Taubira et maire de la petite ville de Lormes dans le centre de la France.

L’un des outils sur lesquels Taubira a misé est une soi-disant « primaire populaire » qui couronnera le candidat de gauche préféré d’environ 120 000 électeurs inscrits.

Mais alors qu’elle s’est engagée à respecter le résultat, les autres candidats ont refusé de s’engager dans la démarche.

(avec AFP)




Nouvelles d’aujourd’hui Nouvelles du monde
rfi

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.