Politique

l’exécutif essaie de mettre fin à la cacophonie

[ad_1]

« Notre responsabilité est de prévoir tous les scénarios, sans faux-semblant et sans attiser de fausses craintes », a déclaré Elisabeth Borne, mardi, à l’Assemblée nationale. JULIEN DE ROSA/AFP

RÉCIT – Après l’explosion de colère d’Emmanuel Macron contre des « scénarios absurdes », le gouvernement a adapté sa communication.

Surtension dans le réseau de communication du gouvernement, le pays se coupe. Une semaine après la publication d’une circulaire adressée aux préfets par Matignon pour les aider à se préparer à d’éventuelles coupures d’électricité cet hiver, le pays est plongé dans la polémique sur l’organisation pratique des délestages. La France n’a pas encore peur, mais elle est inquiète. Ce n’était pas le but.

Au départ, il s’agissait simplement d’inciter les Français à économiser l’énergie face au risque de pénurie ; à l’arrivée c’est un gigantesque fouillis sur les scénarios noirs élaborés sous le contrôle de l’exécutif pour faire face aux coupures d’électricité. « Bienvenue dans l’absurde », soupire-t-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron. Accablé par le zèle de certains de ses ministres pour montrer que tout était prêt « au cas où », le chef de l’Etat a lancé un de ces gros coups de gueule dont il est habitué quand il a l’impression qu’autour de lui, tout le monde fait n’importe quoi.

« Arrêtez tout ça ! » s’est-il mis en colère mardi…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

La liberté c’est aussi aller au bout d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page