Skip to content
L’habillement, l’étendard des pionniers

[ad_1]

Frida Kahlo photographiée en 1937 par Toni Frissell, pour Vogue US. © Toni Frissell, Vogue © Condé Nast

Frida Kahlo au Palais Galliera, Marilyn Monroe à la Mostra, Brigitte Bardot bientôt à la télé… Mais aussi George Sand, Joséphine Baker, ces « femmes puissantes », ont fait de leur style un manifeste.

Léa Salamé les appelle « femmes puissantes», l’édition jeunesse, «filles rebelles», le Musée du Luxembourg, «pionnierset les podcasts célèbrent leurs destins extraordinaires. En cette rentrée, l’actualité couronne deux d’entre elles, Frida Kahlo, exposée au Palais Galliera, et Marilyn Monroe à travers Cheveux blond, l’adaptation du livre de Joyce Carol Oates dévoilée le 8 septembre à la Mostra de Venise. Dans les numéros de septembre des magazines, on parle aussi de la mini-série biographique consacrée à Brigitte Bardot, bien que France 2 n’ait pas encore dévoilé la date de diffusion. Tant de femmes qui parlent… aux femmes. Car ce sont eux qui consomment majoritairement de la culture de nos jours.

Outre leur esprit libre et leur immense talent, ce qui unit ces pionniers, c’est leur rapport au vêtement. Certains diront que s’intéresser à leurs toilettes, c’est regarder leur travail par le petit bout du télescope. « Parler de mode et d’art reste un tabou et pourtant, dans le cas de Frida Kahlo…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.