Skip to content
L’île italienne de Vulcano évacue ses habitants à cause des niveaux de dioxyde de carbone

Les niveaux de dioxyde de carbone autour de l’île volcanique de Vulcano dans l’archipel éolien au large de la côte nord de la Sicile sont passés de 80 tonnes à 480 tonnes, réduisant efficacement la quantité d’oxygène dans l’air, selon l’Institut national italien de géophysique et de volcanologie (INGV ).

Les niveaux de gaz ont commencé à augmenter sensiblement le 21 octobre, lorsque les résidents ont commencé à signaler des problèmes respiratoires et des problèmes de santé avec leurs animaux de compagnie, qui sont souvent affectés par une diminution des niveaux d’oxygène avant les humains.

Marco Giorgianni, le maire de Lipari, qui comprend les sept îles de l’archipel éolien, a signé une ordonnance ordonnant l’évacuation de la zone portuaire et désignant une « zone rouge » où les non-chercheurs ou les non-responsables de la protection civile sont interdits de rester.

Dans les soi-disant « zones jaunes », les gens peuvent rester mais devront rester dans les étages supérieurs de leurs maisons.

L’ordonnance interdit également à tous les visiteurs et touristes non-résidents de l’île pendant un mois.

Dans un message sur la page Facebook de la commune de Lipari, Giorgianni a expliqué dimanche que l’évacuation n’est pas due à la menace d’une éruption imminente, mais à cause de l’émission dangereuse de gaz.

« L’activité du volcan nous donne en ce moment une raison de faire attention même si presque toutes les données indiquent une condition de stabilité », a-t-il déclaré, faisant référence à l’activité volcanique. « Les données qui ont motivé mon ordonnance sont l’augmentation des émissions de gaz. »

Il a ajouté que les autorités suivaient les émissions de gaz depuis un mois et qu’elles avaient atteint un niveau potentiellement dangereux pour les humains, en particulier la nuit lorsqu’ils dorment.

« Mes citoyens doivent résider là où l’air est le plus sûr et le plus sain dans cette région », a-t-il déclaré.

Selon le site Web de l’observatoire de Palerme et de Catane-Etneo d’INGV, quatre stations géochimiques pour mesurer le CO2 du sol sont désormais opérationnelles. L’observatoire a également installé sept nouvelles stations sismiques (six sur Vulcano et une sur Lipari) pour compléter celles déjà en place. Une caméra thermique haute définition a également été installée pour surveiller les températures du sol.

Selon l’ordonnance, les résidents recevront des allocations mensuelles de 400 € pour les ménages individuels, 500 € pour les ménages de deux personnes, 700 € pour les ménages de trois personnes et 800 € pour les ménages de plus de quatre personnes pour compenser les coûts de recherche d’un autre logement.

Vulcano – qui porte le nom de Vulcan, le dieu du feu, et dont le mot anglais volcan est dérivé – est entré en éruption le 22 mars 1890, selon l’INGV.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.