nouvelles des états-unis

L’Iran affirme que la loi sur le hijab est en cours de révision, alors que les médias d’État rejettent les allégations selon lesquelles la police de la moralité craint d’avoir été abolie

[ad_1]



CNN

Le procureur général iranien Mohammad Jafar Montazeri a déclaré jeudi que le parlement et le système judiciaire iraniens réexaminaient la loi sur le hijab obligatoire dans le pays, selon le média pro-réforme Entekhab.

Montazeri aurait également déclaré que la redoutable police des mœurs iranienne avait été « abolie », mais les médias d’État iraniens ont fortement repoussé ces commentaires, affirmant que le ministère de l’Intérieur supervise la force, et non le pouvoir judiciaire.

CNN contacte le ministère de l’Intérieur pour obtenir des commentaires.

Le port du hijab en public est actuellement obligatoire pour les femmes en Iran en vertu de la loi islamique stricte qui est appliquée par la soi-disant police des mœurs du pays. Les lois sur le couvre-chef ont déclenché un mouvement de protestation à l’échelle nationale après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée en garde à vue après avoir été appréhendée par la police des mœurs pour ne pas avoir porté correctement son hijab.

Sa mort le 16 septembre a touché une corde sensible dans la République islamique, avec des personnalités publiques de premier plan qui ont manifesté leur soutien au mouvement, notamment l’actrice iranienne Taraneh Alidoosti.

Le pays a été saisi par une vague de protestations de masse qui ont d’abord été déclenchées par la mort d’Amini et se sont depuis regroupées autour d’une série de griefs avec le régime. Les autorités ont déclenché une répression meurtrière contre les manifestants, des informations faisant état de détentions forcées et de violences physiques étant utilisées pour cibler le groupe minoritaire kurde du pays.

Dans une récente enquête de CNN, des témoignages secrets ont révélé des violences sexuelles contre des manifestants, y compris des garçons, dans les centres de détention iraniens depuis le début des troubles.

À propos de la loi sur le hijab, Montazeri a déclaré : « Nous savons que vous vous sentez angoissée lorsque vous êtes témoin [women] sans hijab dans les villes, pensez-vous que les autorités se taisent ? En tant que personne qui est dans le domaine de cette question, je dis que le parlement et le pouvoir judiciaire travaillent, par exemple, hier encore, nous avons eu une réunion avec la commission culturelle du parlement, et vous verrez les résultats dans la semaine prochaine ou deux », cité par l’ISNA, média affilié à l’État.

Mais rien n’indique quels changements, le cas échéant, pourraient être apportés à la loi, qui est entrée en vigueur après la révolution islamique de 1979.

En réponse à un journaliste qui a demandé si la police des mœurs du pays était en train d’être dissoute, Montazeri a été cité par un média d’État iranien comme ayant déclaré : « La police des mœurs n’a rien à voir avec le système judiciaire. Il a été aboli à l’endroit même où il a été lancé. Bien entendu, le pouvoir judiciaire continuera de surveiller le comportement de la société.

La télévision d’État en langue arabe Al-Alam a affirmé que les médias étrangers décrivaient les propos de Montazeri comme « un recul de la part de la République islamique de sa position sur le hijab et la moralité religieuse à la suite des manifestations », mais que tout cela pouvait être compris d’après ses commentaires étaient que la police des mœurs n’était pas directement liée au pouvoir judiciaire.

« Mais aucun responsable de la République islamique d’Iran n’a déclaré que la patrouille d’orientation avait été fermée », a déclaré Al-Alam dimanche après-midi.

« Certains médias étrangers ont tenté d’interpréter ces propos du procureur général comme le retrait de la République islamique de la question du hijab et de la pudeur et prétendent que cela est dû aux récentes émeutes. »

Les propos ont été prononcés à Qom, considérée comme une ville sainte dans le Siha Islam.

[ad_2]

Cnn all En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page