Skip to content
L’OMS redoute 700 000 morts de plus en Europe d’ici le printemps

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est déclarée mardi préoccupée par la « prise en main » de l’épidémie de Covid-19 en Europe, qui pourrait entraîner 700 000 décès supplémentaires sur le continent, portant le nombre total de décès à 2,2 millions d’ici le printemps.

L’Organisation mondiale de la santé tire la sonnette d’alarme sur la situation sanitaire sur le Vieux Continent. L’OMS s’est déclarée préoccupée dans un communiqué publié mardi 23 novembre sur la « prise en main » de la pandémie de Covid-19 en Europe, estimant qu’elle pourrait être la cause de 700 000 décès supplémentaires sur le continent, d’ici au printemps 2022. Si ce scénario se vérifie , cela y porterait le nombre total de décès à 2,2 millions.

« On peut s’attendre à ce que les lits d’hôpitaux soient soumis à une pression élevée ou extrême dans 25 pays et à une pression élevée ou extrême dans les unités de soins intensifs dans 49 des 53 pays d’ici le 1er mars 2022 Le nombre cumulé de décès signalés devrait atteindre plus de 2,2 millions d’ici le printemps prochain. , sur la base des tendances actuelles », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

Actuellement, plus de 1,5 million de personnes sont décédées du Covid-19 dans la région.

Pour l’OMS, l’augmentation des cas s’explique par la combinaison de la prévalence du variant Delta très contagieux, d’une couverture vaccinale insuffisante et de l’assouplissement des mesures anti-Covid-19.

Selon ses données, les décès liés à la pandémie ont plus que doublé depuis fin septembre, passant de 2.100 par jour à près de 4.200 quotidiens.

« La situation liée au Covid-19 en Europe et en Asie centrale est très grave. Nous sommes confrontés à un hiver difficile », a déclaré le directeur régional de l’OMS pour l’Europe, Hans Kluge, appelant à adopter une approche « vaccin plus », combinant vaccination, port du masque. , les mesures d’hygiène et la distanciation.

Selon l’OMS, le port d’un masque réduit l’incidence de la maladie de 53 %. Une généralisation de son utilisation jusqu’à 95 % pourrait éviter plus de 160 000 décès d’ici le 1er mars.

Par ailleurs, « il est de plus en plus évident que la protection induite par la vaccination contre les infections et les formes bénignes est en baisse », note l’OMS.

L’institution recommande donc un rappel pour les plus vulnérables, y compris les immunodéprimés.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.