Skip to content
L’ONU salue le processus de paix colombien, malgré les revers, alors que les États-Unis retirent les FARC de la liste des terroristes

Publié le:

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a déclaré mardi qu’il célébrait les progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’accord de paix de 2016 entre la Colombie et les rebelles démobilisés des FARC, mais des efforts supplémentaires doivent être redoublés pour maintenir les opportunités économiques pour les ex-combattants.

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont signé un accord de paix avec le gouvernement en 2016, entraînant la démobilisation de quelque 13 000 membres, dont 7 000 combattants.

L’accord a mis fin au rôle des FARC dans le conflit interne de longue date du pays andin, qui a fait des millions de déplacés et plus de 260 000 morts.

Alors que les mesures du gouvernement colombien pour faire avancer l’accord de paix ont progressé, une aide supplémentaire de l’État est nécessaire pour assurer la survie des projets pour les ex-combattants, a déclaré Guterres lors d’un voyage dans le pays.

« Nous devons redoubler d’efforts pour garantir la durabilité de ces projets, avec un soutien financier et technique, ainsi que des terres et des logements », a déclaré Guterres lors d’une visite dans un camp de réintégration situé dans la province colombienne d’Antioquia. Le président Ivan Duque a salué la visite de Guterres comme historique. , qui « nous permettra de voir la mise en œuvre de Peace with Legality et d’autres programmes ».

L’accord a été confronté à des défis, plusieurs anciens commandants – qui ont fait valoir que l’accord n’était pas respecté – sont retournés aux armes, tandis que près de 300 ex-FARC ont été tués depuis la signature de l’accord, selon le groupe de défense local Indepaz.

L’administration du président américain Joe Biden envisage de retirer les FARC de la liste américaine des organisations terroristes étrangères, ont déclaré mardi à Reuters deux personnes proches du dossier.

L’abandon de la désignation pour le groupe servirait de démonstration de soutien à l’accord de paix.

Le secrétaire général de l’ONU a également exprimé sa préoccupation face à la violence qui affecte les communautés autochtones à travers le pays.

« J’exprime la solidarité des Nations Unies avec les peuples autochtones de (…) Colombie face à la violence qui continue d’affecter leur vie, leurs coutumes et leurs territoires ancestraux », a-t-il déclaré.

(AFP)

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.