Skip to content
L’Ouganda furieux contre la censure du Parlement européen contre un méga projet pétrolier

[ad_1]

Le parlement ougandais a fustigé les législateurs européens à propos d’une résolution condamnant un énorme projet pétrolier en Afrique de l’Est et appelant à son report.

Le français TotalEnergies et la China National Offshore Oil Corporation ont signé un accord de 10 milliards de dollars plus tôt cette année pour développer les champs pétrolifères ougandais et expédier le brut par un pipeline de 1 445 kilomètres (900 milles) jusqu’au port tanzanien de Tanga dans l’océan Indien.

Le programme s’est heurté à une forte opposition de la part des militants des droits et des groupes environnementaux qui affirment qu’il menace les moyens de subsistance de dizaines de milliers de personnes et les écosystèmes fragiles de la région.

La résolution du Parlement européen adoptée jeudi s’est dite préoccupée par les « violations des droits de l’homme » en Ouganda et en Tanzanie liées aux investissements dans des projets de combustibles fossiles.

Celles-ci comprenaient « l’emprisonnement injustifié de défenseurs des droits humains, la suspension arbitraire d’ONG, des peines de prison arbitraires et l’expulsion de centaines de personnes de leurs terres sans indemnisation juste et adéquate ».

Il a indiqué que plus de 100 000 personnes risquaient d’être déplacées par l’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP) et a appelé à une indemnisation adéquate.

Il a également exhorté TotalEnergies à prendre un an avant de lancer le projet pour étudier la faisabilité d’un tracé alternatif « afin de mieux sauvegarder les écosystèmes protégés et sensibles et les ressources en eau de l’Ouganda et de la Tanzanie ».

– ‘Message politique fort’ –

Le projet vise à extraire les énormes réserves de brut sous le lac Albert, une frontière naturelle longue de 160 kilomètres entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo, et à expédier le pétrole par ce qui deviendrait le plus long pipeline chauffé du monde.

Le lac Albert repose sur environ 6,5 milliards de barils de brut, dont environ 1,4 milliard de barils sont actuellement considérés comme récupérables.

Le vice-président ougandais, Thomas Tayebwa, a réagi avec colère à la résolution du Parlement européen.

« Ce sont des projets qui ont été approuvés par le parlement ougandais, le parlement d’un pays souverain et tout ce qui concerne la contestation de leur approbation est un affront à l’indépendance de cette maison et nous ne pouvons pas le prendre à la légère », a-t-il déclaré jeudi.

Mais le groupe environnemental Amis de la Terre France a salué la position des eurodéputés.

« Cela envoie un message politique fort contre les projets Tilenga et EACOP, dont les coûts humains, environnementaux et climatiques sont indéniables et tout simplement inacceptables », a déclaré la responsable de campagne Juliette Renaud dans un communiqué.

Tilenga est le projet de développement de champs pétrolifères opéré par TotalEnergies dans la région du lac Albert, au nord-ouest de l’Ouganda.

TotalEnergies a insisté sur le fait qu’elle avait pris des mesures pour réduire l’impact global du programme sur les personnes et l’environnement.

« Nous mettons tout en œuvre pour en faire un projet exemplaire en termes de transparence, de prospérité partagée, de progrès économique et social, de développement durable, dans le respect de l’environnement et des droits de l’homme », a-t-il déclaré en réaction à la résolution du Parlement européen.

Le président ougandais Yoweri Museveni a par le passé salué le projet comme une impulsion économique majeure pour le pays enclavé, où beaucoup vivent dans la pauvreté.

txw/np

[ad_2]

expatica

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.