Nouvelles sportives

l’union sacrée derrière le Maroc avant la demi-finale historique

[ad_1]

L’exploit du Maroc, qui a éliminé le Portugal pour devenir le premier pays arabe et africain dans le dernier carré d’une Coupe du monde, laisse rêveur les supporters. Pour ses fans, les Lions de l’Atlas sont devenus les porte-drapeaux de l’Afrique, du monde arabe et de tous les outsiders de la planète football. Reportage.

Le Qatar est rouge de bonheur. Au Souq Waqif, au centre de Doha, 24 heures se sont déjà écoulées depuis la performance du Maroc contre le Portugal qui a couronné les Lions de l’Atlas en tant que première équipe africaine à atteindre les demi-finales de la Coupe du monde. Alors que les visiteurs commencent à affluer dans ce centre névralgique de la ville pour profiter d’une des rares soirées sans match de la Coupe du monde 2022, il n’y a qu’un seul vrai sujet de conversation : les performances marocaines et la demi-finale face à la France.

« C’est exceptionnel. C’est une première pour le Maroc et pour le monde arabe. En fait, je n’ai pas encore les mots. Il y a trop d’émotions. » explique un supporter marocain encore sous le choc.

Le Maroc a réalisé un parcours exemplaire. Le 22e nation au classement a pu déjouer tous les pronostics tout au long du tournoi. Première du groupe E, qualifiée de groupe de la mort, où elle a tenu tête au Canada et aux vice-champions du monde croates avant de mater la Belgique. Puis il y a eu les exploits contre l’Espagne (0-0, tab0-3) et le Portugal (1-0).

« Nous allons gagner cette Coupe du monde »

« On est en demi-finale et c’est comme si c’était normal », savoure Amine, venu de Montréal au Canada pour les quarts de finale. « Maintenant, nous cherchons des billets pour la demi-finale !

« On va gagner cette Coupe du monde parce que nos joueurs jouent vraiment bien », exulte Sarah, 38 ans, prof de crossfit à Agadir. « Walid Regragui, il est magnifique et avec notre ‘Tête d’avocat’ on va gagner. »

>> A lire aussi : Walid Regragui, entraîneur du Maroc : « On essaie d’être une locomotive en Afrique »

L’enthousiasme est contagieux. Dès que Sarah a fini d’exprimer sa joie, un autre groupe de fans continue :

« Nous avons battu les plus grandes équipes alors pourquoi pas la France ? crie l’un d’eux. « On va battre la France, battre l’Argentine et entrer dans l’histoire. Fini bonsoir », ajoute son ami qui se voit déjà en finale.

« Siiir : Siiir ! », le hit du Maroc

Dans ce joyeux marasme, un cri de ralliement unit tous les Marocains : « Siiir ! Siiir ! ». Un lointain cousin du célèbre cri de guerre « siiiuuuu! » de Cristiano Ronaldo mais qui n’est pas un vol à la star qu’ils viennent éliminer de son dernier mondial. En réalité, le chant suit Walid Regragui depuis son passage au FUS de Rabat et le suit désormais sur les bancs de l’équipe nationale. Dans les tribunes de la Coupe du monde, les Marocains sont plus que majoritaires à chacun de leurs matches. Cela devrait encore être le cas mercredi 14 décembre lors du match face à la France.


La demi-finale sera la première confrontation d’un match officiel entre les Bleus et les Lions de l’Atlas, la sixième rencontre en tout avec un bilan favorable pour les Bleus : trois victoires, un nul et un autre remporté par le Maroc aux tirs au but. objectif (1998). Le match aura surtout une saveur particulière au vu de l’histoire commune tissée entre les deux pays entre colonisation et immigration. Ce sentiment unique est bien résumé par Ahmed et Youssef :

« C’est comme entre le père et la mère »

« Nous sommes des Marocains de cœur, de sang, mais nous sommes nés en France », explique Ahmed, avocat à Miami.

« C’est comme entre père et mère, normalement on ne peut pas choisir. Mais la France a déjà gagné deux Coupes du monde : allez le Maroc ! Quand on sera à deux coupes partout, là on encouragera le 50/50 », renchérit Youssef, 38 ans et médecin à Grenoble.

« Nous avons toujours été pour la France, 1998, 2006, Mais c’est la première fois du Maroc. Nous allons ramener la Coupe à la maison. Vive le Maroc et vive la France et que le meilleur gagne ! » ami.


Le monde arabe, l’Afrique et le monde derrière le Maroc ?

Mais la joie du Maroc ne s’arrête pas aux frontières du Royaume et de la France, elle est partagée plus globalement par l’ensemble du monde arabe, déjà en fête dans cette première Coupe du monde organisée dans le golfe Persique.

« Le monde arabe, l’Afrique Tout le monde est derrière nous. J’ai des collègues polonais, péruviens… Ils sont tous derrière le Maroc ! Nous sommes la surprise, la fraîcheur, tout le monde aime ça dans le foot ! c’est David contre Goliath ! », s’enthousiasme Ahmed.

« C’est phénoménal ce qui nous arrive. Ce qui me plaît le plus, c’est l’adhésion autour du Maroc des Arabes, des Africains, des Berbères… Le Maroc est devenu une source de fierté pour tout le monde », s’enthousiasme-t-il, Ali, maillot du Maroc sur les épaules. Ce natif d’Agadir vit désormais au Qatar et profite de cette Coupe du monde des Lions de l’Atlas exceptionnelle : « J’espère surtout qu’on ne s’arrêtera pas là et qu’on verra plus d’équipes africaines et arabes atteindre ce niveau »

Il est probable que l’augmentation du nombre d’équipes qualifiées pour le prochain tournoi en 2026 lui donne raison. Avec le passage à 48 équipes, le continent africain verra son nombre de places passer de 5 à 9. Cela multipliera les possibilités pour les équipes de la CAF de s’inviter dans le dernier carré à l’avenir.

La Coupe du monde au Qatar au-delà du football :



[ad_2]
France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page