Skip to content
Macron annonce une commission d’historiens franco-algériens pour étudier le passé colonial « douloureux »


Emmanuel Macron a déclaré vouloir ouvrir « une nouvelle page » dans les relations bilatérales avec l’Algérie, au premier jour de sa visite dans le pays qui vise à relancer les relations après des tensions de longue date avec l’ancienne colonie française.

« Nous avons un passé commun, c’est complexe, douloureux et cela nous a parfois empêchés de regarder vers l’avenir », a déclaré Macron, appelant à « une grande humilité » dans la perspective de l’avenir.

Le président français a annoncé la création d’une « commission mixte d’historiens, ouvrant nos archives et nous permettant d’aborder l’ensemble de cette période historique, décisive pour nous, du début de la colonisation à la guerre de libération ».

Cela doit se faire « sans tabous, avec une volonté de travailler librement, historiquement, avec un accès complet à nos archives », a-t-il souligné.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’est félicité des « résultats encourageants » des discussions qui permettent « de dessiner des perspectives prometteuses dans le partenariat privilégié qui nous lie ».

La visite coïncide avec le 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie de huit ans et la proclamation de l’indépendance de l’Algérie en 1962.

Sur la délicate question des visas accordés par la France aux Algériens, le président français a déclaré que les deux pays travaillaient ensemble « pour traiter les questions de sécurité les plus sensibles ». Emmanuel Macron a décidé en 2021 de diviser leur nombre par deux face à la réticence d’Alger à reprendre ses ressortissants refusés au séjour en France.

Mais a-t-il précisé, les discussions n’empêcheraient pas « le déploiement d’une mobilité choisie pour nos artistes, nos sportifs, nos entrepreneurs, nos universitaires, nos scientifiques, nos associations, nos responsables politiques, nous permettant de construire davantage de projets communs ».

La guerre de la Russie en Ukraine a également été évoquée, Macron appelant l’Algérie à faire de « la fin de la guerre en Ukraine une cause commune ». L’Algérie s’est abstenue de condamner son invasion par la Russie et reste un proche allié de Moscou.

« Cette crise, toutes les crises qui sont le résultat de cette guerre déclenchée par la Russie, qu’elles soient humanitaires, diplomatiques, alimentaires ou énergétiques, déstabilisent profondément toute la planète, et particulièrement le continent africain, faisant courir le risque de pénuries, et Je crois que notre responsabilité est aussi de les traiter ensemble », a déclaré le président français.

Tebboune a déclaré que les deux dirigeants avaient également échangé des vues sur la Libye, le Mali, le Sahel et le Sahara occidental, qui « nécessitent des efforts conjoints pour consolider la stabilité dans la région ».

L’Algérie joue un rôle central dans la région en raison de ses longues frontières avec le Mali – dont l’armée française vient de se retirer – ainsi qu’avec le Niger et la Libye. La Russie, son allié et principal fournisseur d’armes, joue également un rôle croissant en Afrique.

L’Algérie, premier producteur de gaz d’Afrique et l’un des dix premiers au monde, est également très sollicitée par les Européens soucieux de réduire leur dépendance au gaz russe depuis le début de la guerre en Ukraine.

L’Elysée a indiqué que le gaz algérien n’était « pas vraiment le sujet de la visite » et qu’il n’y aurait « pas d’annonces de gros contrats », bien que le patron du géant de l’énergie Engie fasse partie de la délégation officielle accompagnant le président français lors de son déplacement.

C’est la deuxième fois qu’Emmanuel Macron se rend en Algérie en tant que président, après une première visite en décembre 2017.

Les relations entre les deux pays sont alors à leur apogée, un jeune président français qualifiant la colonisation française de « crime contre l’humanité ».

Mais ils ont vite tourné au vinaigre et l’apologie de la colonisation réclamée par Alger ne s’est pas concrétisée.

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.