Skip to content
Macron n’exclut pas une dissolution en cas de censure à l’Assemblée, selon Dussopt


Le ministre du Travail était l’invité de LCI, au lendemain du dîner de travail sur la réforme des retraites organisé à l’Élysée.

Le bruit circulait depuis le dîner du mercredi soir 28 septembre consacré à la méthode à suivre pour la réforme des retraites. Sur le plateau de LCI le lendemain, le ministre du Travail, Olivier Dussopt, l’a confirmé : si les députés votaient une motion de censure contre le gouvernement, Emmanuel Macron n’exclurait pas une dissolution de l’Assemblée nationale. Une forme de menace à l’attention des groupes parlementaires qui, pour certains, auraient à perdre s’ils devaient repartir en campagne.

« Si tous les groupes d’opposition se réunissaient pour adopter une motion de censure et renverser le gouvernement, il (le Président de la République, NDLR) s’en remettrait aux Français et les Français décideraient et diraient quelle nouvelle majorité ils veulent. Et évidemment (…) on ferait campagne pour que le président soit réconforté», a ainsi affirmé le membre du gouvernement, chargé d’engager de nouvelles consultations sur les retraites à partir de la semaine prochaine. « Quand il s’agit de défendre le projet du Président de la République, de défendre la majorité, il faut toujours être prêt à faire campagne et s’impliquer« , il ajouta.

A l’issue du dîner, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé qu’elle souhaitait garder un cap serré, et adopter le projet de loi global »avant la fin de l’hiver« .

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.