Skip to content
Macron rejette tout « repentir » et appelle à regarder le passé « avec courage »


En visite à Alger, le président français a estimé que la recherche de « la vérité » et de la « reconnaissance » était plus importante que le « repentir ».

Emmanuel Macron a estimé vendredi 26 août que la recherche de «la vérité » et de « la reconnaissanceétait plus important que lerepentir» sur les enjeux de la colonisation et de la guerre d’Algérie qui empoisonnent les relations entre Paris et Alger.

« J’entends souvent dire que, sur la question de la mémoire et la question franco-algérienne, nous sommes sans cesse sommés de choisir entre l’orgueil et le repentir. Moi, je veux la vérité, la reconnaissance (parce que) sinon on n’avancera jamais», a déclaré le président français lors d’un point presse à Alger au deuxième jour de sa visite en Algérie, destinée à «construire l’avenirsans rien occulter du passé colonial, en mettant l’accent sur les jeunes entrepreneurs et les start-up.

Le chef de l’Etat est arrivé au cimetière européen Saint-Eugène, le principal de la capitale à l’époque de la colonisation française de l’Algérie. Il a déposé une gerbe devant un monument à la « mort pour la France« , tandis que le « sonnerie aux morts» avant la Marseillaise chantée par le chœur de l’armée française. Puis, au milieu des pins et des cyprès, il erra longuement entre les différents secteurs, chrétien, militaire, puis s’attarda particulièrement sur la place juive. Devant la tombe en marbre de Roger Hanin, acteur et metteur en scène né en Algérie, il a médité avec le réalisateur Alexandre Arcady et l’économiste Jacques Attali, tous deux nés en Algérie, à ses côtés.

Plus d’efficacité dans la lutte contre l’immigration clandestine

Emmanuel Macron, souhaite également «travailler ensemble» avec son homologue algérien, Abdelmadjid Tebboune, pour être «plus efficace« dans la lutte contre l’immigration clandestine et en même temps »plus flexible« sur l’immigration »choisi« . « Ce que nous avons décidé, c’est de travailler ensemble et aussi avec une certaine confiance collective (…). Nous allons être très rigoureux pour, ensemble, lutter contre l’immigration clandestine et les filières et être beaucoup plus efficaces pour prévenir et pouvoir accompagner (les clandestins, ndlr) plus efficacement», a déclaré M. Macron lors d’un point presse. « Et nous aimerions avoir une approche beaucoup plus souple de l’immigration choisie, c’est-à-dire les familles des binationaux, mais aussi les artistes, sportifs, entrepreneurs et politiques qui nourrissent la relation bilatérale.« , il ajouta.

« Dans ce contexte, nous aimerions pouvoir améliorer les délais» pour l’obtention de visas et «si on simplifie un peu les démarches, (ça permet) d’avoir une lisibilité plus rapide et d’éviter d’engager trop de dépenses», a fait valoir le chef de l’Etat. La question des visas est l’un des sujets »sensible» et sources de «des tensionsentre les deux pays, a reconnu le président français. « C’est un dossier dont nous avons longuement parlé hier, jusqu’au milieu de la nuit, avec le président« Algérien, a souligné Emmanuel Macron, »et sur laquelle nous avons mandaté nos ministres et donc qui avancera dans les semaines et mois à venir« . Il a estimé que ce dossier nécessitait »précaution», «exigence » et « délicatesse commune » éviter « malentendusParis a réduit de 50% le nombre de visas accordés à l’Algérie – comme au Maroc – pour faire pression sur les gouvernements jugés trop peu coopératifs dans la réadmission de leurs ressortissants expulsés de France.

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.