Skip to content
Manille va expulser 40 000 travailleurs chinois dans le cadre de la répression des jeux d’argent en ligne


Les Philippines vont expulser 40 000 travailleurs chinois dans le cadre d’un procès contre des sociétés de jeux en ligne à la suite d’allégations d’enlèvement, de prostitution et de meurtre dans le secteur, ont annoncé les Philippines mardi 27 septembre. les autorités.

Les Philippine Online Gambling Companies (POGO), qui ciblent principalement les clients en Chine, où le jeu est interdit, ont connu une croissance rapide sous le président Rodrigo Duterte. Mais l’afflux de dizaines de milliers de travailleurs chinois a créé des frictions, de nombreux Philippins accusant les sociétés de jeux en ligne d’échapper aux impôts et de faire grimper les prix de l’immobilier sans offrir d’emplois. à la population locale.

Le ministre de la Justice, Crispin Remulla, a récemment ordonné à la police de poursuivre 175 POGO dont les licences avaient été révoquées mais qui continuaient à opérer illégalement. Le porte-parole du ministère de la Justice a déclaré que Manille commencerait à expulser environ 40 000 travailleurs chinois employés par eux le mois prochain.

Interdire ces entreprises

Pékin, qui a précédemment appelé les Philippines à interdire toutes les formes de jeu en ligne, a salué la répression. « Les crimes induits et associés aux jeux d’argent en ligne nuisent non seulement aux intérêts de la Chine et aux relations sino-philippines, mais également aux intérêts des Philippines.a déclaré l’ambassade de Chine à Manille.

Environ 34 de ces sociétés sont autorisées à opérer et environ 130 services d’assistance sont enregistrés, selon la Philippines Gaming Regulatory Authority. L’autorité a révoqué les licences de 40 POGO et de 174 prestataires de services. Le secrétaire aux Finances, Benjamin Diokno, a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’il souhaitait interdire ces entreprises.

Selon lui, les POGO ont réalisé des revenus de 7,2 milliards de pesos (122 millions de dollars) en 2020, avant une forte baisse l’année dernière à 3,9 milliards de pesos. David Leechiu, un consultant basé à Manille, estime que l’économie philippine pourrait perdre 200 milliards de pesos en revenus locatifs et en salaires si les POGO sont expulsés. « C’est l’un de ces moteurs de l’économie que nous ne devrions pas tenir pour acquis.« , a-t-il déclaré à l’AFP. « Oui, il y a des problèmes, mais quelle entreprise n’a pas de problème ?« .

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.