Skip to content
« Marine Le Pen, de la retraite à la résistance ;  et sur le rebond?

 | Nouvelles locales

Derniers titres d’actualités Nouvelles de renard

CONTREPOINT – Jugée moins transgressive qu’Éric Zemmour, jugée moins capable que Valérie Pécresse de battre le président sortant, elle aurait pu tomber dans le camp des candidatures inutiles ou obsolètes. Mais si Marine Le Pen a reculé, elle ne s’est pas effondrée.

N’étant plus députée européenne, elle ne sera pas dans l’hémicycle
de Strasbourg mercredi pour apostropher Emmanuel Macron. Elle le fera la veille, en prévision, lors d’une conférence de presse sur l’Europe. Un peu frustré que cet affrontement se déroule à distance, mais surtout satisfait que la perspective de ce duel soit une nouvelle fois installée dans les esprits. Ou à tout le moins considéré comme une hypothèse crédible. Marine Le Pen a parcouru un long chemin.

D’abord touchée violemment par l’éruption d’Éric Zemmour, elle a ensuite été bousculée par le retour de la droite dans le match après la victoire de Valérie Pécresse en primaire. Donnée invariablement vice-championne jusqu’à la mi-octobre, elle était menacée de relégation à la troisième, voire à la quatrième place avec la perspective d’une glissade fatale. Jugée moins transgressive que l’ancienne journaliste, jugée moins capable que la candidate LR de battre le président sortant, elle aurait pu tomber dans le camp des candidatures…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà inscrit? Connexion


Meilleures nouvelles Nouvelles locales

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.