Skip to content
Martin Margiela raconté par ses étiquettes


Pour le premier numéro de leur revue GriffeL’expert vintage Julien Sanders et l’historienne de la mode Salomé Dudemaine se penchent sur l’histoire des marques de Martin Margiela. @Victor Calsou

Pour son premier numéro, le magazine Griffequi fait parler des griffes cousues à l’intérieur de nos vêtements, s’intéresse au créateur belge disparu de la scène mode en 2009.

C’est la carte d’identité du vêtement. Celle qui atteste d’un savoir-faire et d’une esthétique très spécifiques. Celui qui permet aussi de le dater et de l’authentifier. « Ce petit morceau de tissu reste un sujet peu exploité alors que ses inscriptions révèlent souvent des secrets de conception, de fabrication, de distribution, de collaborationinsiste Julien Sanders, expert en mode vintage, fondateur du magazine Griffe avec l’historienne de la mode Salomé Dudemaine. Plutôt que de parler de création, nous avons voulu, à travers l’étude de ces labels, sortir des discours trop marketing du secteur et nous intéresser davantage aux processus de fabrication et de production, à l’histoire commerciale. Pour cette première édition, les deux passionnés se sont donc penchés sur les étiquettes Maison Margiela.

L’apparition de ses numéros coïncide avec le moment où Martin Margiela devient directeur artistique d’Hermès, ce qui lui permet, avec sa compagne Jenny Meirens, de diversifier sa propre marque.

Julien Sanders, fondateur du magazine Griffé

Quel meilleur terrain de jeu en effet que cette marque blanche emblématique apparue dès les origines de la marque, en 1988 ? Et le magazine pour décrypter les multiples modifications de ce grand rectangle…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.