Skip to content
Mercredi: Tim Burton a du mal à conjurer l’obscurité de la famille Addams


Longtemps confiné dans l’ombre de la famille Addams, Mercredi prend les devants aujourd’hui avec une nouvelle série Netflix de Tim Burton. Un mariage parfait… seulement en théorie. Car le résultat s’avère bien moins abouti que prévu.

Difficile de croire que le chemin de Tim Burton n’ait jamais croisé celui de la famille Addams, tant leurs univers respectifs sont étroitement liés dans leur propension au sombre, au sinistre et à l’obscur. Il va donc sans dire que les fans des deux univers se sont collectivement réjouis à l’annonce du projet.

Mais leur joie risque de se transformer lentement – ​​mais sûrement – ​​en déception au fil des huit épisodes de Mercreditous tombés sur Netflix plus tôt cette semaine.

On retrouve mercredi Addams, une adolescente stoïque et sadique renvoyée de son lycée après avoir lâché une école de piranhas dans la piscine de l’établissement en plein entraînement de natation. Son expulsion l’enverra aussitôt sur les bancs de la Nevermore Academy, refuge pour jeunes « différents » et ostracisés, où elle côtoiera lycanthropes, métamorphes et autres sirènes.

intrigue triviale

Evidemment notre [anti] l’héroïne aura du mal à s’y faire une place et à rentrer dans le moule comme le font adroitement ses compagnes. Et c’est là Mercredi commence à glisser, enfilant les clichés habituels tout au long d’une intrigue générique, triviale et, parfois, douloureusement sirupeuse.

Les téléphiles verront alors avec horreur le personnage sombre s’adoucir, voire se déformer, pour devenir un clone des héroïnes que l’on retrouve dans n’importe quelle autre série mièvre et banale pour adolescents.

Heureusement, Jenna Ortega sauve les meubles avec quelques instants de génie fugaces. La jeune actrice, habituée à l’horreur grâce à Scream, X et autres Studio 666, insuffle une énergie bien à elle au personnage principal grâce à sa répartie et, bien sûr, son regard sombre et malicieux.

Mercredi n’est donc pas un échec total, ni d’un point de vue narratif ni visuel. Mais, on aurait facilement pu en faire un petit bijou macabre en poussant le cap lugubre et lugubre beaucoup (beaucoup !) plus loin, comme l’ont réussi les séries Jolies petites menteuses ou Choses étrangesconvoitant tous le même public avec un succès indéniable.

  • Série Mercredi est disponible sur Netflix.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.