Skip to content
meurtre d’un homme présenté comme journaliste

[ad_1]

Un homme présenté comme journaliste a été assassiné lundi au Mexique, où une dizaine de photographes, informateurs ou commentateurs de la vie locale dénonçant la collusion d’élus avec le crime organisé ont été tués depuis le début de l’année.

Fredid Roman a été tué par balle à Chilpancingo dans l’Etat de Guerrero (sud-ouest), a indiqué le parquet local annonçant l’ouverture d’une enquête.

Quelques heures avant son assassinat, M. Roman avait publié sur Facebook un texte intitulé «crime d’état sans inculper le chef« .

Il est revenu sur le récent rapport du gouvernement l’appelant « crime d’état» la disparition de 43 étudiants d’Ayotzinapa (Guerrero) en septembre 2014.

Citant un « témoin protégéM. Roman a évoqué une rencontre présumée entre quatre responsables à l’époque, dont l’ex-procureur général Jesus Murillo Karam, en détention provisoire pour «disparition forcéedepuis la publication du rapport la semaine dernière, et l’ex-gouverneur de Guerrero.

Il a également cité le chef de la police fédérale de l’époque à Guerrero, Omar Garcia Harfurch, actuel chef de la police à Mexico, et un fugitif vers Israël dont le Mexique demande l’extradition.

Douze journalistes ont été tués au Mexique depuis le début de l’année, selon le gouvernement. L’ONG Reporters sans frontières (RSF) n’en recense que neuf. Les médias avancent le chiffre de 15 ou seize.

Les victimes sont souvent des journalistes en situation précaire, qui exercent d’autres activités pour gagner leur vie. Ils peuvent aussi être des commentateurs de la vie politique locale qui dénoncent la collusion entre les élus et le crime organisé.

La plupart des meurtres de journalistes restent impunis et se produisent dans des zones touchées par le trafic de drogue.

« La collusion entre les autorités et le crime organisé menace gravement la sécurité des journalistes», selon RSF. « Le président López Obrador n’a toujours pas entrepris les réformes nécessaires pour endiguer cette violence et l’impunité qui l’entoure», a déploré l’ONG.

Avec 150 journalistes tués depuis 2000, selon RSF, le Mexique est considéré comme l’un des pays en paix les plus dangereux pour la presse.

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.