Skip to content
Microdistilleries : grève de la SAQ et augmentation de 52 % menacent l’industrie


Le conflit de travail à la Société des alcools du Québec (SAQ) fragilise davantage l’industrie des microdistilleries, déjà fortement impactée par la « taxe d’achat local », dénonce l’Union québécoise des microdistilleries.

• Lire aussi : Une offre plus limitée à la SAQ pour les Fêtes

• Lire aussi : Entente de principe rejetée par les employés de la SAQ

L’UQMD juge nécessaire, voire urgent, que le gouvernement Legault pose un geste, pourtant promis depuis quatre ans, pour mettre fin à la hausse de 52 % des ventes de maisons.

Le conflit de travail à la SAQ a encore compliqué la situation déjà catastrophique des microdistilleries, juge l’organisation alors que les magasiniers de la SAQ ont rejeté lundi un accord de principe, mais sans relancer la grève dans l’immédiat.

La perspective de rayons vides à la SAQ en cette période des Fêtes, comme cela s’est produit après quelques jours de grève en novembre, devrait inciter le gouvernement à ajuster la hausse des ventes à domicile, selon l’UQMD qui rapporte des rayons bien achalandés dans les microdistilleries.

« Alors que nous avons pu profiter de l’engouement de notre secteur, le gouvernement doit mettre fin à cette injustice s’il souhaite, comme il le dit, préserver notre industrie », a déclaré Jonathan Roy, président de l’Union des microdistilleries du Québec.

« Nous étions déjà privés des revenus liés à la majoration de la vente sur place. Nous avons de la difficulté à embaucher de nouveaux employés, à acquérir des équipements, à investir pour développer nos marchés et assurer notre pérennité, ou encore nous payer un salaire », a déclaré M. Roy.

VOIR ÉGALEMENT



journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.