Skip to content
Mises à jour en direct : la guerre de la Russie en Ukraine


Centrale nucléaire de Zaporizhzhia, vue de la ville de Nikopol le 7 novembre. (Valentyn Ogirenko/Reuters/FILE)

Les négociations avec Kyiv et Moscou sur la création d’une zone de sécurité autour de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia se poursuivent – mais en attendant, le directeur de l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU met en garde contre les conséquences potentielles.

« Nous ne pouvons pas continuer à compter sur la chance pour éviter un accident nucléaire », a déclaré mercredi à CNN le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi.

Grossi a déclaré que les négociations « avancent » mais « il s’agit d’une zone de combat active, donc parvenir à des paramètres convenus pour cela n’est pas une chose si facile à faire ».

Le directeur de l’AIEA a déclaré avoir rencontré mercredi une délégation russe en Turquie et s’être entretenu mardi avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba.

« Je suis en consultation avec les deux. Je ne serais pas d’accord avec l’évaluation selon laquelle nous ne faisons aucun progrès, je pense que nous le faisons », a déclaré Grossi. « Bien sûr, nous parlons de quelque chose qui est très difficile. C’est la guerre. C’est la vraie guerre et la zone de protection que je propose est précisément sur la ligne de front, sur la ligne où les deux adversaires sont en contact. »

« Mais on avance je crois, et j’espère que des épisodes aussi traumatisants que ceux de ce week-end pourront paradoxalement nous aider à avancer, dans le sens où les gens doivent prendre conscience qu’on ne peut pas continuer à compter sur la chance pour éviter un accident nucléaire. , » il a dit.

Lorsqu’on lui a demandé qui « jouait avec le feu », faisant référence aux propres remarques de Grossi dimanche à la suite des puissantes explosions qui ont secoué la centrale nucléaire samedi et dimanche, Grossi a déclaré « qu’il nous est très difficile d’identifier de l’intérieur de la centrale qui fait cela ». ajoutant « au fait, notre objectif principal est d’arrêter cela, pas d’entrer dans un jeu d’attribution. »

Plus tard mercredi, la centrale « a de nouveau perdu l’accès à l’électricité externe » et s’est plutôt appuyée sur ses générateurs diesel de secours pour l’énergie dont elle a besoin pour le refroidissement du réacteur et d’autres fonctions essentielles, a déclaré l’AIEA dans un communiqué.

Cnn all En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.