Skip to content
Molière, mécène immortel de la Comédie-Française pendant quatre siècles

 |  Derniers titres de l’actualité

Mises à jour de dernière minute Titres d’aujourd’hui

La plus ancienne et vénérable troupe de théâtre du monde, créée sous l’égide de Louis XIV en 1680, est habitée par l’âme de l’auteur de Misanthrope, né il y a quatre cents ans, le 15 janvier 1622.

Elle a été créée sous le règne de Louis XIV, en 1680, et elle reste la plus ancienne troupe de théâtre au monde encore en activité. baptisé « Maison de Molière » même s’il n’y a jamais joué, la Comédie-Française est habitée par l’auteur du Misanthrope dont le 400e anniversaire sera célébré le 15 janvier.

Au sein de cette prestigieuse institution, une relique vénérée : un fauteuil en bois, protégé par une fenêtre, sur lequel Jean-Baptiste Poquelin s’agonisait lors d’une représentation du Maladie imaginaire avant de succomber plus tard à la maison. « C’est quelque part le seul objet qui nous reste de son théâtre », explique Agathe Sanjuan, conservatrice-archiviste à la Comédie-Française. Utilisé par les comédiens jusqu’en 1879, le fauteuil « a une telle présence qu’on a presque l’impression que Molière est toujours assis là », elle sourit à nouveau.

Molière comme un talisman

Dans cette auguste Maison, on trouve des bustes du dramaturge, que les acteurs touchent pour leur porter chance, des portraits de lui ou d’acteurs de sa troupe comme Mlle Beauval, créatrice entre autres du rôle de Zerbinette dans Les tromperies de Scapin. Ses successeurs au XXe siècle auront été Michel Galabru, Isabelle Adjani ou Francis Huster. Aujourd’hui dans les couloirs, on peut croiser Denis Podalydès, Dominique Blanc, Guillaume Gallienne, mais aussi la jeune génération comme Christophe Montenez ou Benjamin Lavernhe.

La Comédie-Française est née en 1680 – sept ans après la mort du dramaturge – lorsque son ancien mécène Louis XIV décide de fusionner sa troupe avec une autre. « français», comme on l’appelle parfois, connaîtra quatre salles avant d’atterrir à la salle Richelieu, près du Palais-Royal, où elle se produit depuis 1799. A quelques pas de la maison où Molière est mort.

Son décès est consigné dans le document le plus précieux que possède l’entreprise : le registre dit de La Grange, du nom du bras droit de Molière – et créateur du rôle de Dom Juan – qui a documenté les activités de la troupe. Il est conservé à la bibliothèque-musée française avec d’autres reliques, un bonnet et une montre gravée à son nom. Les dossiers montrent que« Il n’y a pas un an que (la Comédie-Française) n’ait pas joué Molière », comme aime à le répéter Agathe Sanjuan.

Le premier théâtre de France

patrimoine spirituel dechef», la maison fonctionne selon le sacro-saint principe de l’alternance, avec un spectacle différent chaque soir, mobilisant ses métiers du matin au soir, avec des rotations. « Nous sommes le premier théâtre de France (hors opéras, ndlr) en volume d’activité : 400 salariés, 70 métiers, 60 comédiens », souligne fièrement son directeur général, Éric Ruf.

Si décorateurs et maçons travaillent à Sarcelles (Val-d’Oise), costumiers, tapissiers, régisseurs et autres sont à Richelieu, dans un dédale sur plusieurs étages. Seule la partie costumes est disponible dans différents espaces (dont celui des habilleurs attitrés pour un groupe d’acteurs ou le rayon costumes avec 50 000 pièces répertoriées). « Nous fabriquons 50 à 70 costumes par création », raconte Sylvie Lombart, directrice des services vêtements.

Le costumier Lionel Hermouet souligne l’importance « psychologique » du costume de scène, les comédiens n’hésitant pas à déclamer leur texte dès les premiers essayages. Mohamed Arbia, assistant accessoiriste, explique qu’au cours des cinq dernières années, les exigences des réalisateurs ont radicalement changé : « Thomas Ostermeier voulait une ‘plage’ pour Douzième nuit de Shakespeare, nous utilisions chaque soir deux tonnes de pellets ; Ivo van Hove voulait quelque chose qui ressemblait à de la boue Electra-Oreste…»

La maison doit sa longévité à un mode de fonctionnement où les acteurs sont les grands décideurs. « La troupe est comme une coopérative autogérée ; ça n’a pas changé depuis Molièreprécise Éric Ruf, en poste depuis 2014. Lorsque de nouveaux comédiens rejoignent la troupe, ils sont embauchés par l’administrateur comme pensionnaires pour une année renouvelable.. Ensuite, ils peuvent être choisis pour devenir membres par un comité composé de sept acteurs ayant ce statut (et qui décide également des augmentations de salaire). En janvier 2021, la grande actrice Dominique Blanc est devenue la 538et membre depuis les premiers compagnons de Molière.

« L’administrateur s’engage, les acteurs libèrentdit une maxime intérieure. Ce sont aussi les membres qui décident du départ de certains acteurs, provoquant parfois des remous, comme l’éviction de Catherine Hiegel en 2009. « On le voit toujours comme de la violence, quand c’est de la protection », commente Éric Ruf, rappelant que de nombreux acteurs ont de très longues carrières à la française. Tout en reconnaissantla douleurque cela implique, il assure qu’il « défendra toujours ce principe car la longévité de cette maison est due à cela. Sinon, il se serait arrêté en 1700 ».


Nouvelles d’aujourd’hui Nouvelles du monde

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.