Skip to content
Mondiaux de cyclisme sur piste: Pier-André Côté envoyé en éclaireur pour Nickolas Zukowsky


Pier-André Côté faisait partie de l’échappée du jour, ce qui lui a permis d’épauler son coéquipier Nickolas Zukowsky lorsque la course s’est durcie aux Championnats du monde de cyclisme sur route, dimanche à Wollongong, en Australie.

• Lisez aussi : Cyclisme : les Mondiaux à Montréal en 2026

• Lisez aussi : Hugo Houle termine sa saison

Même affligé de crampes, Zukowsky a tout de même bien fait sur le parcours de 267 kilomètres, terminant 36e (+3 min 01 s) et meilleur Canadien de la journée.

Dans une classe à part, le Belge Remco Evenepoel a une nouvelle fois démontré l’étendue de son talent en devenant champion du monde. Récent vainqueur du Tour d’Espagne, le coureur de 22 ans s’est imposé en solitaire de la même manière qu’à Liège-Bastogne-Liège au printemps dernier, c’est-à-dire en réalisant un départ explosif à une trentaine de kilomètres de l’arrivée.

Le Français Christophe Laporte et l’Australien Michael Matthews ont été les médaillés d’argent et de bronze.

Les Français forcent le jeu

Pier-André Côté s’est joint à un groupe de dix coureurs pour former une échappée au départ de la course.

« Je suis vraiment satisfait. C’était un peu un pari d’être dans l’échappée », a expliqué le champion canadien en titre.

L’écart d’échappée a fondu dans l’ascension du mont Keira, après seulement 30 kilomètres de course, quand l’équipe de France a décidé de mettre la pression.

«Nous sommes arrivés au bas de la montée six ou sept minutes plus tôt et avons atteint le sommet avec trois minutes. Cela nous a fait mal, car il fallait aller vite tôt », a poursuivi l’athlète de Saint-Henri-de-Lévis.

Une fois dans la boucle du circuit final, le groupe de Côté a pu encore creuser l’écart, sauf que le Québécois a été déçu d’avoir utilisé ses cartouches si tôt dans la course. Heureusement, il en avait encore quelques-uns en réserve pour épauler Zukowsky lorsque le groupe de ce dernier rejoignit le sien à une soixantaine de kilomètres de l’arrivée.

« C’était la meilleure façon pour nous d’avoir deux gars dans le groupe (de tête). […] J’ai pu l’aider, mais pas longtemps. Lorsque vous avez été à la pause du matin pendant cinq heures, à un moment donné, vous commencez à caler.

Zukowsky a ensuite pris la relève pour le Canada et ses sensations étaient bonnes jusqu’à ce que des crampes apparaissent comme il l’a expliqué à Sportcom.

« C’était un très bon coup ! C’est de ce groupe que Remco est sorti pour la victoire. Par contre, c’est dommage car j’ai souffert de crampes à un tour et demi de l’arrivée. C’était vraiment difficile et j’ai même pensé abandonner, mais au final, ils ont fini par passer et j’ai pu m’accrocher à ce qui restait du peloton.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.