Skip to content
Moscou expose sa position sur les pourparlers avec Washington — RT Russie et ex-Union soviétique


Des négociations de haut niveau ne sont pas prévues, mais les pays communiquent par voie diplomatique, a déclaré un haut responsable.

La Russie n’a pas l’intention de s’engager dans des pourparlers de haut niveau avec les États-Unis, a déclaré jeudi le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov. Il a ajouté, cependant, que les diplomates des deux pays maintiennent le contact via les canaux établis.

« Il n’y a pas eu de plans pour un tel contact, et nous ne prévoyons pas de contacts de haut niveau pour le moment », Ryabkov a déclaré lors d’un briefing. Il a dit que la communication entre Moscou et Washington est effectuée « par des conversations téléphoniques impliquant des hauts fonctionnaires concernés », mais pas au niveau présidentiel.

« Nous dialoguons par les voies diplomatiques habituelles », il expliqua.

Les commentaires de Ryabkov font écho aux remarques de la semaine dernière du secrétaire de presse du Kremlin, Dmitri Peskov, qui a déclaré qu’un sommet entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Joe Biden n’était pas en cours de discussion pour le moment.


Le mois dernier, cependant, Peskov a indiqué que les deux dirigeants pourraient se rencontrer si les États-Unis étaient disposés à répondre aux préoccupations de sécurité de Moscou. Le porte-parole s’est notamment référé aux projets de documents sur les garanties de sécurité que Moscou a soumis à Bruxelles et à Washington avant que le conflit ukrainien n’éclate fin février. À l’époque, Moscou exigeait que l’Occident interdise à l’Ukraine d’entrer dans l’OTAN et insistait pour que l’alliance se replie sur ses frontières de 1997. L’initiative a cependant été repoussée.

Alors que la Russie a déclaré à plusieurs reprises qu’elle ne tenait aucune discussion avec les États-Unis sur l’Ukraine, les deux puissances négocient sur plusieurs autres questions. La semaine dernière, Ryabkov a révélé que la Russie tenait des pourparlers avec les États-Unis au sujet d’un éventuel échange de prisonniers pour obtenir la libération de l’homme d’affaires russe Viktor Bout, qui a été reconnu coupable de trafic d’armes en 2012.

Le diplomate a également déclaré que Moscou et Washington devaient discuter de l’accord historique New Start, qui impose des limites aux arsenaux nucléaires des deux puissances. Des consultations sur la question sont censées avoir lieu au Caire, en Égypte, du 29 novembre au 6 décembre.

Plus tôt ce mois-ci, les meilleurs espions russes et américains se sont également rencontrés à Ankara, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, John Kirby, déclarant que ces négociations étaient « vraiment de garder les canaux de communication avec la Russie ouverts sur les questions qui affectent l’avenir de notre sécurité. » Moscou a confirmé que les pourparlers avaient eu lieu, mais a refusé de fournir d’autres détails.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.