L'Europe

Moscou rejette les conditions de Joe Biden pour des pourparlers avec Vladimir Poutine

[ad_1]

Le Kremlin a rejeté les conditions évoquées par le président américain Joe Biden, qui s’est dit prêt à discuter avec Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d’Ukraine pour mettre fin au conflit. Suivez en direct les derniers développements de la guerre en Ukraine.

  • 11h01 : Le Kremlin rejette les conditions de Joe Biden pour des pourparlers avec Vladimir Poutine

Le Kremlin a rejeté les conditions évoquées jeudi par le président américain Joe Biden, qui s’est dit prêt à discuter avec Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d’Ukraine pour mettre fin au conflit.

« Joe Biden a dit de facto que les négociations ne seraient possibles qu’après le départ de Vladimir Poutine d’Ukraine », ce que Moscou « rejette évidemment », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « L’opération militaire continue », a-t-il ajouté.

  • 9h56 : La guerre en Ukraine montre que l’Europe n’est « pas assez forte », déclare le Premier ministre finlandais

La Première ministre finlandaise Sanna Marin a fait une évaluation « très honnête » des capacités de l’Europe à la lumière de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, déclarant sans ambages qu’elle n’est « pas assez forte » pour être seule à Moscou.

En visite en Australie, le dirigeant du pays candidat à l’adhésion à l’OTAN a souligné que l’invasion et l’occupation de l’Ukraine voisine par la Russie révélaient les faiblesses et les erreurs stratégiques de l’Europe vis-à-vis de Moscou.

« Je dois être très honnête (…) avec vous, l’Europe n’est pas assez forte en ce moment, nous serions en difficulté sans les Etats-Unis », a-t-elle pointé le Lowy Institute, un groupe de réflexion basé à Sydney.

Sanna Marin a insisté sur le fait que l’Ukraine devait être aidée par « tous les moyens », ajoutant que les Etats-Unis jouaient un rôle central dans la fourniture à Kyiv des armes, des moyens financiers et de l’aide humanitaire nécessaires pour stopper l’avancée de la Russie.

« Nous devons nous assurer que nous construisons également ces capacités en termes de défense européenne, d’industrie de défense européenne et que nous pouvons faire face à différents types de situations », a-t-elle déclaré.

Avec AFP et Reuters

[ad_2]

France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page