Skip to content
Mylène Farmer, mystère gagnante


DÉCRYPTAGE – Rare dans les médias, absent des réseaux sociaux, le chanteur, qui sort ce vendredi un nouvel album, L’influence, remplit les stades, est capté par de jeunes artistes et fait l’envie du monde du rap.

Elle a déjà vendu 550.000 billets pour sa future tournée à l’été 2023 en France, en Suisse et en Belgique, avec sept stades pleins et six autres dont les dernières places sont en vente, précise son entourage.

Le tout en entretenant soigneusement un halo de mystère sans pareil. Contrairement à Indochine, qui a commencé son périple comme Mylène Farmer dans les années 1980 et remplit également les stades, est ainsi très présente sur les réseaux sociaux. Que ce soit ceux de la formation ou ceux de ses musiciens, comme le leader Nicola Sirkis.

Le sexagénaire a récemment accordé une interview au Journal du dimanche, mais on le sent sur la réserve. L’album qui sort ce vendredi s’appelle L’influenceun titre évidemment inspiré par le thème des relations toxiques. « Qui n’a pas croisé la route d’une personne dite perverse narcissique ? Qui n’a pas été une fois sous l’emprise d’une telle personne ?explique-t-elle à Jérôme Béglé, le patron du JDD dont elle est très proche.

Pour le reste, le Franco-Canadien reste énigmatique. Interrogée sur la suite de sa carrière, elle se borne à lâcher prise : « En étant libre (…) je n’ai pas la réponse que vous attendez, j’imagine. »

« Réhabilitation »

« La rareté de la présence médiatique de Mylène Farmer fascine à l’heure où tous les artistes sont confrontés à la problématique : que dois-je exposer ou non sur les réseaux sociaux ? »décortique pour l’AFP Didier Varrod, directeur musical des antennes de Radio France.

« Quand on parle d’elle, le terme ‘icône’ est imparable alors qu’aujourd’hui les autres chanteurs et chanteuses se disputent le devant de l’image et de la notoriété par des influenceurs ou des gens de la télé-réalité »il se développe.

A l’instigation de Didier Varrod, un concert-création « Version(s) Farmer, sans contrefaçon » verra seize artistes revisiter le répertoire de Mylène Farmer lors d’Hyper Weekend, festival à la Maison de la Radio et de la Musique (20-22 janvier ). Le casting de cette future émission s’avère être un savoureux mélange entre grosses cylindrées (Juliette Armanet, Benjamin Biolay, etc.) et nouveaux aspirants comme la rappeuse Lala &ce (prononcez « Ace » comme au tennis) ou Rebeka Warrior en électro.

Preuve qu’aujourd’hui, plus personne n’a peur de revendiquer son attirance pour Mylène Farmer, alors qu’il y a quelques décennies, beaucoup la snobaient. Didier Varrod a « un aperçu de cette réhabilitation ces cinq dernières années avec de nombreuses reprises de Mylène Farmer sur le net par des artistes indépendants ».

« La question du genre »

Comme le souligne le directeur musical des antennes de Radio France, Désabusé, un des grands tubes de Mylène Farmer« est même devenu un hymne pour une génération dévastée par le confinement ». Ce n’est sans doute pas un hasard si le chanteur Apple a repris ce titre depuis la crise sanitaire. « Dès les premiers morceaux de Mylène Farmer, Maman se trompe, Sans contrefaçon, Libertine, c’est de l’insolence, de la liberté, de la subversion et du questionnement du genre alors qu’on n’en parlait pas encore »déroule ce spécialiste de la scène francophone.

Didier Varrod rappelle également à juste titre que Mylène Farmer a compris il y a plus de 30 ans l’importance « image avec des clips qui ressemblaient plus à un court métrage ». Il est donc logique de la voir collaborer à L’influence avec des artistes comme Woodkid (direction artistique, avatar sur la pochette) ou AaRON (dont on entend la patte dans le nouveau morceau rayon vert), qui se distinguent également par leur univers visuel fort et leur écriture cinématographique dans leur musique.

La diva défie bien au-delà de la pop. En 2016, le rappeur Damso confiait sur MCE TV qu’il rêvait de collaborer avec la diva de la pop française : « Ce serait cool. Me mettre dans l’univers de Mylène Farmer et Mylène Farmer dans le mien.

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.