Skip to content
Nasser Al-Khelaïfi n’exclut pas la vente d’un « petit pourcentage » du PSG


Le président qatari du Paris Saint-Germain déclare, dans une interview à parlerSPORTayant reçu des offres d’une valeur de plus de quatre milliards d’euros.

Et si le Qatar se désengageait du Paris Saint-Germain après la Coupe du monde ? Une idée en cours d’exécution. Elle a déjà été officiellement licenciée par les patrons du club. Et Nasser Al-Khelaïfi ne dit rien d’autre dans une interview accordée aux Anglais de parlerSPORT . Avec quelque chose de nouveau, cependant. Confirmant qu’une offre avait été faite, il a déclaré: « On ne va pas vendre, mais pourquoi pas un petit pourcentage dans le club ? Nous réfléchissons à différentes offres» glisse le président qatari du club de la capitale, en marge de la Coupe du monde, évoquant une proposition allant jusqu’à «plus de quatre milliards d’euros« . QSI a acheté le PSG pour 70 millions d’euros en 2011.

Un saut périlleux dontNAKn’est pas peu fier. « Le club et les gens parlent toujours du Paris Saint-Germain et pensent que nous avons juste de l’argent et que nous le dépensons. Ce n’est pas vrai. Si vous possédez une entreprise, vous devez injecter de l’argent et cela concerne autant les affaires que le football, souligne-t-il. Avons-nous un bon projet ? Je pense que oui. Dans le football, vous prenez des décisions et vous pouvez prendre de mauvaises décisions. Nous sommes aussi honnêtes, nous faisons de notre mieux. Nous avons amené le club là où nous en sommes aujourd’hui et je pense que nous devrions être fiers.« Quel acte. En attendant, le PSG, qui court toujours sa première Ligue des champions, est en pause, comme le reste des clubs. Retour au jeu le 28 décembre au Parc des Princes, face à Strasbourg, dix jours après la finale de la Coupe du monde 2022.

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.