Skip to content
Natation artistique : une page d’histoire s’écrira aux mondiaux juniors de Québec


Les amateurs présents dans les gradins du PEPS de l’Université Laval auront droit à une première au championnat du monde junior de natation artistique, qui débutera mardi.

Alors que les hommes ont fait leurs débuts mondiaux seniors en 2015 à Kazan, en Russie, en duo mixte, c’est la première fois que la catégorie solo sera au programme. Plus tôt cette année, le Championnat d’Europe et le Championnat américain de la jeunesse comportaient également la catégorie solo.

Huit hommes, dont aucun n’est canadien, tenteront de repartir avec la médaille d’or. Les hommes seront également en action dans les épreuves de style libre mixte et de style libre combiné.

Parmi les athlètes présents en solo, on retrouve l’Italien Fillippo Pelati, qui pratique la natation artistique depuis quelques années.

« C’est très important de faire partie du premier groupe de nageurs à participer aux championnats du monde », a déclaré l’Italien de 15 ans, qui pratique la natation artistique depuis six ans. C’est important pour moi et pour l’Italie. Je n’étais pas sûr que cela arriverait un jour, mais c’était la bonne chose à faire. Les gens qui ne connaissent pas la natation artistique trouvent étrange que des hommes fassent ce sport, mais ils changent d’avis quand ils voient ce qu’il est possible de faire. »

deux passions

Pelati a combiné ses deux passions lorsqu’il s’est lancé dans la natation artistique.

« Quand j’étais plus jeune, je pratiquais la natation et le hip-hop. J’ai combiné mes deux passions. Ma famille et mes amis me soutiennent dans mon choix.

Présidente de Québec Excellence Synchro, le plus gros club du Québec avec 300 membres, mais pas de garçons, Mélanie Beaudoin souhaite la bienvenue aux hommes.

« Dans un pays dominé par le hockey, les jeunes garçons ont besoin de modèles », a-t-elle déclaré. Fillipo peut compter sur le champion d’Europe Giorgio Minisini comme modèle et source d’inspiration. Nous nous efforçons d’attirer les jeunes avec le programme de cirque aquatique. Les colonies de vacances fonctionnent bien, mais il faut arriver à les retenir. »

Présence importante

Première médaillée de l’histoire en 2015, Minisini a décroché l’or mondial en duo mixte en juin dernier à Budapest.

Mmoi Beaudoin croit que la présence éventuelle aux Olympiques stimulerait l’intérêt.

« La gymnastique rythmique et la natation artistique sont les deux seuls sports olympiques auxquels les hommes ne peuvent pas participer. Il y a déjà eu des hommes, dont l’entraîneur montréalais Robert Prévost, mais les épreuves n’ont pas été intégrées aux compétitions de la FINA.

Karine Doré souhaite également l’arrivée des garçons.

« Je rêve d’entraîner un duo mixte », a déclaré l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne junior. Natation Artistique Canada (CAS) a fait le tour du pays pour susciter l’intérêt. Il y a présentement deux duos dans la catégorie 10 ans et moins au Québec, mais le défi est de s’assurer qu’ils continueront et de les intégrer pour qu’ils ne se sentent pas seuls.

Une chance en or pour le Canada

Compte tenu de l’absence de la Russie, de l’Ukraine et de la Chine, les trois pays qui sont montés sur le podium lors de la dernière Coupe du monde (2018, en Slovaquie) dans la compétition par équipe, le Canada peut-il prétendre à une médaille ? ?

« Le mot d’ordre est de progresser pouce par pouce, s’illustre l’entraîneur-chef Karine Doré. La sélection n’a été faite que fin juin et c’est impressionnant de voir tout le travail réalisé en si peu de temps. Nous progressons chaque jour depuis notre arrivée au Québec.

Doré aime la chimie au sein de son groupe et prévoit une bataille difficile.

« C’est impressionnant de voir à quelle vitesse les filles se sont réunies. J’ai rarement vu une telle dynamique au cours de ma carrière. L’Espagne, l’Italie, le Japon, le Mexique et les États-Unis sont de bonnes équipes. C’est difficile de comparer puisqu’il n’y a pas eu de compétition junior depuis quatre ans.

Florence Tremblay est heureuse de se produire au PEPS.

« C’est une chance de participer à ma première compétition internationale dans la piscine où je m’entraîne tous les jours », a déclaré la nageuse originaire de Rimouski, qui a grandi en regardant les exploits de Marie-Pier Boudreau-Gagnon et Camille. Fiola-Dion, également natif du Bas-Saint-Laurent. Je voulais être comme eux un jour.

Bon espoir de médaille

En solo, Audrey Lamothe représente un grand espoir pour le Canada. Membre de l’équipe senior, Lamothe a participé aux mondiaux aquatiques à Budapest en juin, mais vivra sa première compétition internationale dans les rangs juniors.

« On a le droit de rêver d’une médaille, a souligné Doré, mais je préfère ne pas commenter la couleur. Il y a une belle parité, mais il est réaliste de croire qu’elle peut monter sur le podium. Audrey a mûri dans le monde des seniors où la technique est plus compliquée. Nous avons changé quelques éléments et peaufiné la chorégraphie. Audrey maîtrise très bien son solo.

Qu’en pense le principal intéressé ?

« Je veux donner ma meilleure performance », a-t-elle déclaré. Le Mondial junior est un événement clé de ma saison et je me sens prêt. J’ai acquis les compétences nécessaires au cours des derniers mois. Je ne ressens pas de pression, mais de l’excitation et de la fébrilité.

En duo libre, Léonie Corbeil jouera aux côtés de Mia Fortin.

« Nous n’avons pas d’objectifs de résultats car c’est notre première compétition ensemble, mais nous voulons que les gens se souviennent du duo libre canadien », a déclaré Corbeil. Dans ma dernière année, je ressens plus de pression parce que je veux laisser ma marque chez les juniors. C’est très excitant de pouvoir jouer à la maison. »



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.