Santé

Newcard, pour le suivi à distance des pathologies chroniques

[ad_1]

A l’heure où la dématérialisation touche tous les domaines, la société Newcard, fondée en 2016 par le docteur Gregory Perrard, a développé un service de télésurveillance des pathologies chroniques. Ce système de télésurveillance révolutionne la prise en charge des patients insuffisants cardiaques et rénaux.

La télésurveillance au service des pathologies chroniques

nouvelle carte

La télésurveillance, dispositif en plein essor, est un acte de télémédecine permettant à un professionnel de santé d’analyser à distance les données d’un patient afin d’identifier toute anomalie ou nécessité d’adapter le traitement. Ce nouveau système permet de repenser la prise en charge des patients dans un monde en évolution rapide. En effet, l’allongement de l’espérance de vie entraîne mécaniquement une augmentation du nombre de maladies chroniques qui se développent avec l’âge. Parmi ces dernières, on retrouve l’insuffisance cardiaque et l’insuffisance rénale, deux pathologies nécessitant un suivi régulier.

Ces maladies représentent un enjeu majeur de santé publique. L’insuffisance cardiaque touche environ 2,3 % de la population du pays, provoque 70 000 décès par an et conduit plus de 160 000 personnes à l’hospitalisation en France. Il est donc essentiel d’améliorer sa gestion.

La télésurveillance des pathologies chroniques est alors dotée d’un triple intérêt :

  • Suivi continu des patients assuré
  • Aide à la décongestion des cabinets médicaux
  • Prévention de certaines hospitalisations.

Newcard, une solution innovante de suivi thérapeutique

En développant son service de télésurveillance depuis maintenant 6 ans, Newcard est devenu un acteur majeur du secteur.

En 2018, l’entreprise a déployé son service de télésurveillance de l’insuffisance cardiaque « One Minute for My Heart », pour une prise en charge précoce des patients afin de limiter les urgences médicales. Deux ans plus tard, c’est au tour du service « 1 minute pour mes reins » d’être mis en place pour les greffés rénaux.

Concrètement, lorsque le professionnel de santé considère que le patient nécessite une surveillance rapprochée, il prescrit la télésurveillance Newcard. Le patient reçoit alors un kit composé d’un pèse-personne et d’un tensiomètre connecté à l’application Newcard. Le patient est ensuite formé à l’utilisation de l’équipement. L’interface utilisateur simple a été conçue pour que chaque patient puisse facilement manipuler l’équipement. Chaque jour, le patient se pèse, prend sa tension artérielle, son rythme cardiaque et donne une indication de son état d’essoufflement. Ses données sont automatiquement envoyées sur un serveur sécurisé, analysées par un algorithme, puis validées par l’équipe d’infirmiers de Newcard. En cas d’anomalies, le cardiologue ou le néphrologue est automatiquement informé.

Soutien à la conformité

Lorsque les maladies s’accumulent et nécessitent une médication quotidienne, l’observance est un véritable défi à relever. De nombreux patients, gérant seuls leur traitement jour après jour, abandonnent et ne prennent plus assez souvent leurs mesures de tension artérielle et de poids. Grâce à ce service de télésurveillance, Newcard a constaté que plus de 60 % des patients s’accordent à dire que la prise de mesures quotidiennes les aide à mieux observer leur médication. Quand on sait qu’un traitement suivi au quotidien est un facteur majeur dans l’efficacité de ce dernier, c’est un effet positif supplémentaire généré par ce mode de soin.

Aujourd’hui, Newcard a équipé plus de 4 500 patients insuffisants cardiaques, les premiers patients étant suivis pendant près de 5 ans. Et si ce dispositif est une avancée pour le patient dans la prise en charge de sa maladie, c’est aussi le cas pour le professionnel de santé. Plus de 85% des médecins ayant souscrit à ce dispositif affirment que la Newcard leur a permis d’ajuster à distance le traitement de leurs patients, et 100% déclarent que la télésurveillance améliore le lien avec les personnes soignées. Voilà un bon indicateur montrant que la télésurveillance a de belles années devant elle.


Contenu conçu et proposé par L’Agence Delta. La rédaction du Figaro n’a pas participé à la réalisation de cet article.


[ad_2]

lefigaro -helth

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page