Skip to content
Nigeria: des hommes armés tuent trois policiers, kidnappent un directeur pétrolier


Des hommes armés ont tué trois escortes policières et enlevé le directeur d’une compagnie pétrolière nigériane dans le sud-est du Nigeria, le dernier incident dans la région, a annoncé vendredi la police.

Vêtus d’uniformes militaires, les assaillants ont tendu jeudi une embuscade et ouvert le feu sur le convoi d’un haut responsable pétrolier dans la région de Rumuokoro à Port Harcourt, capitale de l’Etat de Rivers et capitale pétrolière du Nigeria.

« Trois officiers escortant le cadre ont été tués tandis que l’homme a été enlevé et emmené dans un lieu inconnu », a déclaré à l’AFP la porte-parole de la police régionale, Grace Iringe-Koko.

Les hommes armés, se faisant passer pour une patrouille militaire dans une voiture verte, ont fait signe au convoi de s’arrêter avant d’ouvrir le feu et de tuer les officiers, a-t-elle déclaré.

Selon la police, l’homme enlevé est le directeur du groupe IGPES, une société pétrolière et gazière nigériane basée à Port Harcourt.

Une enquête est en cours, a ajouté Mme Iringe-Koko.

Jusqu’à présent, aucun groupe n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque.

Mais les enlèvements contre rançon sont monnaie courante dans le pays le plus peuplé d’Afrique. Les criminels ciblent à la fois les riches hommes d’affaires et les agriculteurs pauvres, victimes d’enlèvements massifs dans le Nord.

Le delta du Niger abrite des ressources pétrolières et gazières valant des milliards de dollars. Mais les habitants vivent pour la plupart dans la pauvreté en raison de décennies de pollution et de négligence, de corruption et d’un manque de redistribution.

Dans les années 2000, des hommes armés ont enlevé des centaines d’employés de compagnies pétrolières, dont des étrangers, pour dénoncer l’exploitation injuste des ressources.

En 2009, les amnisties soutenues par le gouvernement ont contribué à réduire les attaques, mais des incidents sporadiques et des vols de pétrole à grande échelle persistent dans la région.

Le Nigéria, membre de l’OPEP et l’un des plus grands producteurs de pétrole brut d’Afrique, perd jusqu’à 2 milliards de dollars par an en raison du vol de pétrole généralisé et du siphonnage des oléoducs dans la région.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.