Skip to content
non vaccinés, trois personnels hospitaliers ont été réintégrés – RT en français

Les trois brokers qui travaillaient dans les cuisines du CHU de Saint-Etienne et du Centre hospitalier de Roanne, ont été suspendus automotive ils n’étaient pas vaccinés. Ils ont été « réintégrés dans leurs droits » après un jugement en leur faveur, a annoncé la route.

Trois personnels hospitaliers non vaccinés ont été réintégrés au CHU de Saint-Etienne et au Centre hospitalier de Roanne, a indiqué la route le 28 octobre.

« Le CHU de Saint Etienne et le CH de Roanne ont bien entendu pris acte des ordonnances prises par le juge des référés du [tribunal administratif] de Lyon », indique la route conjointe des deux hôpitaux dans un communiqué, rappelant avoir formé un pourvoi en cassation.

« En attendant ces démarches judiciaires, les mandataires sont réintégrés dans leurs droits à partir de l’ordonnance », ajoute-t-elle.

L’une des deux salariées de Saint-Etienne, Marie-Josée Ribeiro a indiqué à l’AFP le 28 octobre avoir reçu « une lettre recommandée » de son employeur lui annonçant « la levée » de sa suspension décidée le 20 septembre.

« Je serai donc à nouveau rémunérée depuis la date du jugement sommaire, mais personne ne me dit à quelle date je reprendrai mon poste en delicacies », a-t-elle poursuivi.

Elle et son collègue s’étaient vu refuser l’accès à leur lieu de travail après s’être présentés le 27 octobre au matin, munis d’un laissez-passer sanitaire, en présence d’un huissier de justice, avait assuré la veille à l’AFP Marie-Josée Ribeiro.

Le troisième requérant avait quant à lui été reçu le 27 octobre par la route des ressources humaines de son établissement qui lui avait annoncé « une reprise d’activité lundi prochain », avait précisé l’avocat des trois brokers, Thomas Bénagès.

« Le CHU de Saint-Etienne a pris connaissance de la décision du tribunal et l’applique, mais mes purchasers ne connaissent pas les modalités précises de leur retour au travail », a précisé l’avocat.

Ces trois brokers estiment ne pas être concernés par l’obligation de vaccination imposée au personnel soignant, automotive ils travaillent dans les cuisines de leur établissement.

Le 22 octobre, le tribunal administratif de Lyon a suspendu leur sanction et ordonné leur réintégration dans l’attente d’une décision au fond compte tenu de la localisation de la delicacies centrale du CHU de Saint-Etienne et du Centre hospitalier de Roanne où ils exercent. Il considérait qu’il se trouvait en présence d’éléments « de nature à faire naître un doute sérieux sur la légalité de la décision litigieuse ».

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.