Skip to content
Nordiq Canada : des changements qui portent déjà leurs fruits pour le ski de fond canadien


De retour à quelques jours d’un camp d’entraînement à Park City, Utah, Louis Bouchard estime que les changements apportés à la structure de Nordiq Canada portent déjà leurs fruits.

Cette saison morte, Nordiq Canada a nommé Robin McKeever à la barre de l’équipe nationale, tandis qu’Eric De Nys veillera sur les espoirs. Contrairement à ce qui a toujours été fait, les deux entraîneurs ne seront pas les entraîneurs personnels des athlètes basés au Centre national de Canmore.

« Les entraîneurs de l’équipe nationale ne sont plus les entraîneurs personnels de certains athlètes, et ils vont plutôt épauler les trois centres du pays, a expliqué l’entraîneur-chef du Centre national d’entraînement Pierre-Harvey (CNEPH). Je me suis toujours battu pour ce système, plus juste pour les athlètes. »

Bouchard a noté des changements lors du dernier camp d’entraînement.

« Nous avons vu des changements sur le terrain », a-t-il déclaré. Les entraîneurs étaient impartiaux et passaient le même temps avec tous les athlètes. Avant, c’était les athlètes de l’Ouest d’un côté et ceux du Québec de l’autre. Lorsque nous ne sommes pas présents, Robin et Eric transmettent l’information aux centres. Le Canada est un grand pays et nous avons besoin de trois cellules (Québec, Canmore et Thunder Bay). Robin et Eric joueront le rôle de coordinateur et de coach. »

Vœux exaucés

Bouchard milite depuis longtemps pour ces changements, même s’il a accédé au poste d’entraîneur-chef de l’équipe nationale un an après le départ à la retraite d’Alex Harvey en 2019. « Je détestais ce rôle, résume-t-il. Je me voyais en situation de conflit d’intérêts. Quand Alex a pris sa retraite, Nordiq Canada a coupé le financement du CNEPH et j’ai accepté le poste d’entraîneur-chef au niveau national, afin que nous ayons les moyens de retenir les services de nos deux ressources au Québec. »

« C’était mon projet depuis longtemps de modifier la structure, et je ne peux qu’appuyer la décision du PDG de Nordiq Canada, Stéphane Barrette, de poursuivre Bouchard. C’est son travail et il mijotait le projet depuis un an et demi. Le timing est parfait pour les Jeux olympiques de 2026 et 2030. Tout est en place avec les athlètes, le personnel et l’équipe de soutien pour assurer le succès. Notre relais masculin pourra se battre pour un podium en Coupe du monde. »

Sept athlètes du CNEPH

Le CNEPH compte sept athlètes dans les différents programmes de l’équipe nationale. Les olympiens Antoine Cyr et Olivier Léveillé qui évoluent dans l’équipe élite, on retrouve Léo Grandbois et Liliane Gagnon dans l’équipe Next Gen ainsi que Félix-Olivier Moreau et Guillaume Pelchat avec le groupe développement. Quant à Philippe Boucher, il a pris sa retraite, tout comme les olympiennes Cendrine Browne et Laura Leclerc.

Horaire chargé

Le prochain camp d’entraînement de l’équipe nationale aura lieu à Mammoth Mountain du 22 septembre au 9 octobre.

Les fondeurs du groupe élite et de l’équipe Next Gen prendront ensuite part à un camp à Davos à partir du 3 novembre. Grandbois et Gagnon partiront le 27 octobre alors qu’ils participeront au Tour B de la FIS dans l’espoir de se qualifier pour les quatre championnats du monde. Des étapes de coupe, qui auront lieu avant les vacances. La première Coupe du monde aura lieu du 25 au 27 novembre à Ruka, en Finlande.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.