Divertissement

Notre avis sur Deux amis de Pascal Rambert : mode d’emploi pour l’ennui

[ad_1]

Le nouveau spectacle écrit et réalisé par l’auteur deArchitecture fait fuir le public. Nous comprenons pourquoi.

barrière d’amour, vantée par certains, nous avait déjà ennuyés. Architecture, présenté au festival d’Avignon, aurait dû nous vacciner, mais nous voulions donner une chance à Pascal Rambert, auteur et metteur en scène de 60 ans né à Nice. Nous regrettons. Sorti mercredi, son dernier spectacle intitulé Deux amis fait fuir le public. D’autres se sont endormis. Le bienheureux !

L’homme cultive astucieusement l’ennui, se plaît à défoncer les portes de façon démonstrative. Chacune de ses pièces pourrait être un manuel pour vider les pièces. Ses deux personnages y vont de leur très longue tirade. L’histoire tourne autour de Stan (Stanislas Nordey) et Charles (Charles Berling). Deux amis, amants, acteurs et réalisateurs. Ils se retrouvent sur un plateau pour réfléchir à la manière dont ils vont mettre en scène quatre pièces de Molière dans la tête d’Antoine Vitez. Dont le théâtre était basé sur le jeu d’acteur. En toile de fond, « une table, deux chaises et un bâton » suffisent.

Troublés par leurs sentiments, Stan et Charles s’embrassent passionnément avant, plus tard, de passer à l’acte. Sous la table de jardin justement. On a tout le loisir de se pencher sur le décor installé à l’arrière du décor. Un tas de tonneaux, de machines à laver, d’innombrables sièges, tuyaux et étagères diverses, tandis que le duo ergote. Vitez n’est qu’un prétexte. Ne parlons pas de Molière. Les deux hommes se fâchent. Charles a eu la mauvaise idée de vérifier le portable de Stan. Et vient de lire et pour son malheur : « En fait, seule la peau… ». A partir de là, il extrapole. Attaqué son conjoint ne bronche pas, puis explose. Charles s’excuse abondamment, mais trop tard, le mal est fait.

A un moment, on ne sait pas pourquoi, ils enfilent des salopettes et enfilent des casques comme des soudeurs pour démolir des éléments décoratifs à fond de musique. Les acteurs sont remarquables, on est censé être émus, mais quelque chose nous a échappé. Nous ne serons plus ramenés là-bas.

 » Deux amis, jusqu’au 3 décembre au Théâtre du Rond-Point, 75008 Paris et du 26 au 28 janvier à Toulon (Var).

[ad_2]

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page