Skip to content
Notre avis sur Ninjababy : L’impossible Mr. Baby

[ad_1]

Kristine Kujath Thorp est irrésistible dans le rôle de Rakel, une jeune dessinatrice de bandes dessinées qui se retrouve enceinte de six mois. MOTLYS

CRITIQUE – Le réalisateur Yngvild Sve Flikke signe un film mordant traitant avec humour et pertinence de la maternité non désirée.

Elle a beau être égoïste, fêtarde, et sacrément immature pour ses 23 ans, Rakel, l’héroïne de bébé ninja se révèle diablement attachant. Comédie norvégienne intrépide, présentée par Yngvild Sve Flikke, ce long métrage entraînant met en scène une jeune dessinatrice de bande dessinée qui se retrouve enceinte de six mois. Horreur, malheur, trop tard pour pouvoir tenter un avortement !

Rakel (Kristine Kujath Thorp, pleine de nuances et d’énergie) est en difficulté. D’autant plus qu’elle ne veut absolument pas devenir mère à son âge. Cousin éloigné de l’Américain Junon (le joli film de Jason Reitman sorti en 2008), ou encore son homologue norvégien, Julie (en douze chapitres) révélé au public par Joachim Trier l’an dernier, ce Rakel ne manque pas de mordant.

Pas de tabou sur le sujet

Qui sait, peut-être parce que le film est adapté du roman graphique chuteteknikk signé Inga Saetre ? L’irrévérence graphique y était évidente. Le réalisateur présente une héroïne plus caissière, plus trash et aussi plus drôle que ces alter ego…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 58% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.