Skip to content
Notre critique du Royaume désuni, de Jonathan Coe : « Un roman anglais »


Le royaume désuni, de Jonathan Coe, Gallimard, 489 pages, 23 €. Traduit de l’anglais par Marguerite Capelle. ,

CRITIQUE – Trois ans plus tard Le cœur de l’Angleterre, Roman subtil sur les déchirements provoqués par le Brexit, Jonathan Coe se lance dans une fresque titanesque sur son pays.

C’est un fait : certains lecteurs se sentent fatigués. Ils en ont assez de se voir vendre des histoires grossièrement déguisées en romans. Pères violeurs, mères junkies, frères agaçants, sœurs sournoises, oncles diaboliques, chats morts tôt, la liste est longue. Le prix Goncourt vient de récompenser Brigitte Giraud évoquant la mort de son mari à grand renfort de « et si? ». Les jurés de Femina ont trouvé l’histoire d’un couple uni grâce à un chien étonnante. Pourquoi pas? Magazine du Figaro n’a rien contre les bêtes, mais nous ne devons pas 30 millions d’amis Pas plus. Le conte est devenu un sport national.

Titanic Freque sur l’Angleterre

Heureusement, chez les Anglo-Saxons, la défaite de l’imagination n’a pas sonné le glas. Trois ans plus tard Le cœur de l’Angleterre, Roman subtil sur les déchirements provoqués par le Brexit, Jonathan Coe se lance dans une fresque titanesque sur son pays : avant le début du livre, un arbre généalogique permet de se repérer parmi 43 personnages. L’incroyable livre…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 39% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.