Skip to content
« Nous avons besoin d’un big bang d’assimilation »


INTERVIEW – Selon l’essayiste, la droite ne peut revenir au pouvoir que si elle surmonte ses divisions et s’unit – comme a su le faire la gauche.

Interview de Charles Jaigu

En 2007, Nicolas Sarkozy a réalisé une synthèse entre la valeur travail, l’autorité et la patrie. Depuis, il est devenu peu fréquent aux yeux de son parti. Doit-on renier Sarkozy et garder le sarkozysme ?

La droite de Nicolas Sarkozy était l’un des grands pôles de la vie politique, elle n’est plus aujourd’hui, dans sa version LR, une niche électorale spécialisée ne survivant que grâce à un effet d’inertie électorale. Le LR, demain, ne l’oublions pas, pourrait devenir une forme de CNIP géant. La synthèse opérée par Nicolas Sarkozy était importante mais elle était plus rhétorique que politique. Le véritable enjeu pour la droite est de passer du diagnostic et du discours à la mise en place d’une véritable politique de rupture. Cette rupture essentielle ne saurait se manifester dans le cadre d’un ralliement à la macronie, où la droite échouerait pour achever sa neutralisation.

Comment définir cette politique de rupture ?

Avant de poser la question…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.