Skip to content
Nouveau chef du SPVM : équilibre entre prévention et répression


Le nouveau chef de police de Montréal, Fady Dagher, espère que sous son règne le service trouvera l’équilibre entre prévention et répression.

• Lisez aussi : Climat de travail : Dagher admet qu’il n’en a pas assez fait

• Lisez aussi : [EN VIDÉO] Un homme en colère interrompt le point de presse du nouveau directeur du SPVM

• Lisez aussi : Direction du SPVM : Fady Dagher déménage à Montréal

« Le mariage des deux est important, le mariage des deux est nécessaire », a expliqué le directeur Dagher.

Ce dernier a été nommé jeudi après-midi comme nouveau chef du Service de police de Montréal (SPVM) par le maire de Montréal.


Nouveau chef du SPVM : équilibre entre prévention et répression

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Sa candidature devra être approuvée par le Conseil des ministres du Québec avant son entrée en fonction cet hiver.

La mairesse Valérie Plante l’a qualifié de « perle rare » et « d’avant-garde ».

« Fady représente l’avenir de la police. Il incarne parfaitement l’ambition de notre administration de faire en sorte que Montréal demeure une ville sécuritaire et inclusive », a-t-elle déclaré en conférence de presse.


Nouveau chef du SPVM : équilibre entre prévention et répression

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Signe de ses talents de communicant, Fady Dagher est descendu de scène pour calmer un citoyen en colère qui avait interrompu son discours pour protester contre le SPVM.


Nouveau chef du SPVM : équilibre entre prévention et répression

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Le futur patron du SPVM, Fady Dagher, est allé à la rencontre d’un citoyen en colère afin de désamorcer la situation lors de la conférence de presse de jeudi.

  • Écoutez l’entrevue de Benoit Dutrizac avec André Gélinas, sergent-détective du SPVM à la retraite QUB-radio :

Nouvelle approche

Chef de police à Longueuil depuis 2017, il souhaite désormais que le SPVM devienne «un service de police beaucoup plus inclusif, qui comprend les enjeux des populations marginalisées, les enjeux de l’immigration, les enjeux des différents partenaires».

« En 2022, il faut être un service de police capable de servir la population, toute la population et toutes les populations », a-t-il précisé lors d’une assemblée publique plus tôt dans la journée à l’Hôtel de Ville.


Nouveau chef du SPVM : équilibre entre prévention et répression

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Il souhaite apporter une vision proactive au sein du corps policier de Montréal et travailler en étroite collaboration avec les partenaires du milieu, notamment dans les dossiers de santé mentale.

« Ce n’est pas vrai qu’un policier soit mieux placé qu’un partenaire pour y répondre », a déclaré l’homme né de parents libanais en Côte d’Ivoire.

Selon M. Dagher, la création d’un tissu social dans les quartiers est essentielle afin de prévenir l’apparition de tous les types de criminalité.

«Ça demande de l’énergie, beaucoup d’engagement et aussi de l’ouverture dans la discussion que j’aurai avec mes troupes», a illustré celui qui a immigré à Montréal en 1985.


Nouveau chef du SPVM : équilibre entre prévention et répression

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Répression

Cependant, il a mentionné que cela ne signifie pas lésiner sur la répression. « Quand il s’agit de répression pure, d’armes à feu, de fusillades, ce n’est pas le moment de dialoguer, c’est le moment d’intervenir », a déclaré M. Dagher.

Il a dit qu’il voulait commencer son mandat en faisant sa propre consultation sur le terrain lors de sa prise de fonction.

  • Écoutez le meeting Maréchal-Dumont retransmis en direct tous les jours à 16h05 via QUB-radio :

« Mes 100 premiers jours vont être énormément investis sur le terrain. J’irai voir mes policiers, mes employés civils, les groupes communautaires et institutionnels afin de parler avec eux, de comprendre les enjeux », a-t-il dit.

« Que devrions-nous continuer, que devrions-nous arrêter, que devrions-nous commencer et que devrions-nous faire de moins ? Ces questions sont vitales », a expliqué Dagher.

Se rapprocher des collectivités

Le Service de police de Montréal a été critiqué de toutes parts pour le profilage racial dans des rapports et des jugements, par des organisations et des individus. M. Dagher souhaite qu’un « esprit village » se développe dans les quartiers.  » [Pour éduquer les enfants], ça prend la police, ça prend l’entraîneur de foot, ça prend des partenaires. »

Efficace

Des policiers contraints d’effectuer des heures supplémentaires obligatoires pour pallier le manque d’effectifs, des départs à la retraite précipités, des vagues de démissions. Le nouveau chef devra faire une véritable campagne de séduction pour garnir ses troupes. Pour ce faire, il devra garantir de meilleurs salaires, de bonnes conditions, mais aussi un soutien lors des tempêtes.

Vendez bien votre mission

M. Dagher devra expliquer clairement sa vision de la police à ses troupes, pour s’assurer de l’effectivité des changements à venir. Appelé à témoigner récemment dans une affaire dénonçant le profilage racial, l’ancien chef du Service de police de l’Agglomération de Longueuil a évoqué sa « réforme en profondeur » du service, qui visait à renforcer le lien de confiance entre la police et la communauté. Cinq ans après l’implantation à Longueuil, il estimait qu’à peine « 20 % des policiers avaient compris et intégré le changement de culture ».

Financement

Une offensive communautaire comme celle vécue à Longueuil nécessite la mise en place de nouvelles structures, mais aussi l’augmentation des équipes, ce qui mobilise une grande partie du budget. « Je ne suis pas un rêveur, je sais que nous avons des effectifs limités, des budgets limités. »

évolution de la délinquance

Augmentation des délits sur le web, organisations criminelles désorganisées, multiplication des technologies diverses. Les policiers doivent se tenir au courant de l’évolution de la criminalité et le service doit donc leur fournir les outils nécessaires pour lutter contre les crimes émergents.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.