Skip to content
Novak Djokovic de nouveau placé en détention en Australie

 |  Derniers titres de l’actualité

Mises à jour de dernière minute Nouvelles des États-Unis

Après avoir vu son visa annulé par les autorités australiennes en raison de son statut vaccinal, la star du tennis Novak Djokovic est retournée en détention administrative samedi. Une dernière audience sommaire est prévue dimanche devant le tribunal fédéral. Un nouvel épisode qui compromet sérieusement sa participation à l’Open d’Australie ce lundi.

Retour en prison pour Novak Djokovic. Un convoi de véhicules, dont l’un transportait très probablement le numéro un mondial du tennis, a quitté les bureaux de ses avocats – où il a passé une partie du samedi 15 janvier sous la surveillance des agents de la police des frontières – pour se diriger vers le Park Hotel.

Novak Djokovic a été renvoyé en détention administrative à Melbourne après que son visa a été annulé pour la deuxième fois par le gouvernement australien. Les autorités du pays soutiennent que le joueur, non vacciné contre le Covid-19, constitue un « risque sanitaire ».

Après le premier échec en début de semaine d’une procédure d’expulsion visant la star du tennis serbe, le gouvernement australien a fait une nouvelle tentative. Mais Djokovic entend se battre jusqu’au bout contre cette décision et une audience en référé est prévue dimanche devant un Tribunal fédéral.

Ce nouveau rebondissement dans une saga qui a débuté le 5 janvier, lorsque Djokovic a été refoulé à son arrivée à Melbourne, rend de plus en plus improbable la participation du Serbe de 34 ans à l’Open d’Australie, qui débute lundi. Novak Djokovic vise une 10e victoire dans ce tournoi, ce qui constituerait un 21e titre record en Grand Chelem.

Samedi, le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal s’en est pris à son rival, affirmant que « l’Open d’Australie est bien plus important que n’importe quel joueur », tout en disant qu’il « n’est pas d’accord avec beaucoup de choses qu’il a faites ces deux dernières semaines ».

Accusé d’avoir « déclenché une recrudescence des troubles civils »

Quelques heures plus tôt, le ministre de l’Immigration, Alex Hawke avait estimé dans un document présenté à la justice que la présence en Australie de Djokovic « pourrait encourager le sentiment anti-vaccination » et « déclencher une recrudescence des troubles civils ».

Le joueur serbe non vacciné était entré dans le pays en pensant qu’il obtiendrait une dérogation après avoir contracté le Covid-19 en décembre. Le champion est aussi accusé de ne pas avoir respecté les règles d’isolement et d’avoir entassé après avoir été testé positif en décembre et en connaissance de cause.

Le joueur est uniquement autorisé à sortir du centre de rétention pour suivre, en ligne, les audiences judiciaires le concernant depuis les bureaux de ses avocats, et sous la surveillance des agents de la police des frontières.

Djokovic risque une interdiction d’entrer en Australie pendant trois ans

C’est la deuxième fois que le gouvernement australien tente d’évincer Djokovic du pays. Aussi pour la star, les rêves d’un 10e titre à Melbourne sont d’autant plus lointains que cette annulation de visa, si elle est confirmée par la justice, implique que Djokovic sera interdit d’entrée dans le pays pendant trois ans, sauf circonstances exceptionnelles.

Ce feuilleton sinueux autour du champion de tennis se déroule dans un pays dont les habitants subissent depuis près de deux ans certaines des restrictions anti-Covid les plus strictes au monde, et où des élections sont prévues en mai. D’où un contexte politique chargé. La pression s’est intensifiée autour du Premier ministre conservateur Scott Morrison, accusé d' »incompétence » par l’opposition travailliste.

Avec l’AFP


Nouvelles d’aujourd’hui Nouvelles locales
France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.