Skip to content
Novak Djokovic remporte la manche en Australie

 | Nouvelles d’aujourd’hui

Titres d’aujourd’hui Nouvelles locales

Novak Djokovic devrait pouvoir rester à Melbourne et défendre son titre à l’Open d’Australie, le premier tournoi du Grand Chelem de l’année, organisé du 17 au 30 janvier. Lundi 10 janvier, le numéro 1 mondial a remporté son appel contre le département australien. des affaires intérieures devant le tribunal fédéral de la ville.

Le Serbe a réussi à faire annuler le refus de son visa d’entrée sur l’île continent, intervenu le 6 janvier, après que les autorités australiennes ont estimé qu’il n’avait pas présenté les documents requis pour justifier d’une dispense médicale de vaccination contre le Covid-19, obligatoire pour entrer. le pays.

L’avocat du gouvernement australien a toutefois évoqué la possibilité d’une nouvelle annulation de son visa, par le ministre de l’Immigration, qui pourrait utiliser son « Pouvoir d’annulation personnel ».

Le juge, Anthony Kelly, a immédiatement mis en garde contre un tel scénario, soulignant que dans cette affaire, Novak Djokovic pourrait être privé d’accès au territoire australien pendant trois ans. Il a également ordonné sa libération dans les trente minutes suivant le verdict. L’audience, diffusée en ligne, était accessible à tous.

« Qu’aurait-il pu faire de plus ? « 

Samedi, le joueur avait transmis au tribunal, par l’intermédiaire de ses avocats, un document dans lequel il qualifiait la décision de l’interdire d’entrer en Australie comme « Gravement illogique, irrationnel ou juridiquement déraisonnable » et mis en garde contre « L’effet extrêmement dommageable pour [lui] d’une décision d’annulation de visa – financièrement, en termes de réputation, professionnellement – ainsi que des conséquences (au moins) néfastes pour l’Open d’Australie et les fans de tennis ».

Le ministère de l’Intérieur a, pour sa part, soutenu que Novak Djokovic avait bénéficié d’un « Procédure équitable » et qu’une infection passée au Covid-19 ne constituait pas un motif valable pour obtenir une dérogation, comme semblait le croire le joueur, qui a affirmé avoir suivi la procédure en fournissant toutes les preuves requises de contamination à la mi-décembre.

Lire aussi Open d’Australie : « Il y a un sentiment de toute-puissance chez Novak Djokovic »

« Je suis quelque peu perturbé par cela, qu’aurait-il pu faire de plus ? » « , s’est interrogé, lundi matin, le juge, indiquant que le joueur avait fourni les dispenses médicales d’un professeur, un « Médecin éminemment qualifié », sans oublier celle des deux panels indépendants mis en place par l’Etat de Victoria et la Fédération australienne de tennis pour l’autoriser à participer au tournoi.

Vous avez 67,89 % de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.


Derniers titres d’actualités Actualités Yahoo
Lemonde Sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.